Badou Zaki, entraîneur du CR Belouizdad: "L'affection entre les peuples algérien et marocain est très profonde"

Publication: Mis à jour:
BADOU ZAKI
FADEL SENNA via Getty Images
Imprimer

Entraîneur du CR Belouizdad depuis le 02 novembre 2016, Badou Zaki, ex-sélectionneur de l'équipe du Maroc de football livre ses premières impressions sur son expérience en Algérie. Dans un entretien accordé au site d'information marocain Al Yaoum 24, il évoque ses objectifs avec le Chabab de Belcourt en Ligue 1 Mobilis. Il ne manque pas de revenir sur l'accueil chaleureux qui lui a été réservé par les Algériens, "qui éprouvent du respect et de l'affection pour le peuple marocain".

Lié aux Rouge et Blanc jusqu'à la fin de la saison 2016-2017, Badou Zaki dresse un bilan "plutôt positif" de ses débuts. Ses poulains totalisent deux victoires, une défaite, un nul et se sont qualifiés aux 8es de finale de la Coupe d'Algérie.

"Mes objectifs avec le CR Belouizdad sont clairs et nous travaillons à mettre ce club, en crise cette année, sur les bons rails, a-t-il indiqué. Et depuis mon arrivée, les résultats sont plutôt positifs. Pour être honnête, personne ne s'attendait à ce que ce club sorte de sa crise aussi rapidement", révèle-t-il.

Interrogé sur les chances du Chebab de remporter sa 7e Coupe d'Algérie, le coach marocain se montre moins optimiste, soulignant les difficultés que rencontre ce club, dont les blessures et manque d'effectif.

"Gagner la Coupe d'Algérie n'a même pas été évoqué. La priorité est de sortir de cette crise et nous devons recruter durant ce mercato estival pour renforcer notre effectif et espérer réaliser de meilleurs résultats durant la phase retour", explique-t-il.

"L'affection entre les deux peuples est très profonde"

Badou Zaki n'a pas manqué de revenir sur l'accueil chaleureux que lui ont réservé les Algériens lors de son arrivée à la tête du CR Belouizdad. "J'ai été chaleureusement accueilli par les Algériens, qui éprouvent du respect et de l'affection pour le peuple marocain", a-t-il dit.

L'ex-sélectionneur des Lions de l'Atlas a également tenu à démentir les rumeurs qui circulent dans les médias, faisant état de "tensions" entre les peuples algérien et marocain. Il a affirmé que "les sentiments d'affection entre ces deux peuples sont très profonds", estimant que le "sport répare ce que la politique affecte".

Badou Zaki a ensuite qu'il espérait laisser une impression positive auprès des Algériens, comme l'ont déjà fait les entraîneurs algériens ayant entraîné en championnat marocain, dont Abdelhak Benchikha et Azzedine Aît Djoudi.

Né le 2 avril 1959, Badou Zaki a dirigé auparavant la sélection marocaine de football avant d'être limogé au bout de 20 mois de travail à la tête des Lions de l'Atlas, dont il a été gardien de but de 1979 à 1992. Il est considéré par les journalistes sportifs comme le meilleur gardien arabe de tous les temps.

Retrouvez les articles de HuffPost Algérie sur notre page Facebook.

Pour suivre les dernières actualités en direct, cliquez ici.