Tunisie: Mise en place d'un programme pour une meilleure commercialisation des agrumes à l'étranger

Publication: Mis à jour:
TUNISIA ORANGE
Godong via Getty Images
Imprimer

Un programme de promotion de la commercialisation des agrumes de Tunisie dans les marchés français, russe, algérien outre le marché intérieur a été adopté par le groupement interprofessionnel des fruits (GIF) en partenariat avec les parties concernées, a fait savoir lundi, le ministère de l’agriculture des ressources hydrauliques et de la pêche.

Ce programme adopté lors d’une réunion tenue la semaine dernière, entre le GIF et les représentants de l’Union tunisienne de l’agriculture et de la pêche (UTAP) ainsi que des exportateurs et importateurs en France, comporte plusieurs axes répartis selon les orientations et les marchés.

S’agissant du marché français qui est l’un de principaux marchés d’exportation pour le pays, il a été décidé de mettre en place un programme visant le consommateur final et les intermédiaires de vente en gros ainsi que les grandes surfaces.

A cet égard, ciblant directement le consommateur, un stand de dégustation des maltaises sera installé dans le salon international de l’agriculture qui se tient à Paris, du 25 février au 5 mars 2017 et qui devrait attirer plus de 600 mille visiteurs. Une journée d’animation pour la dégustation des oranges maltaises sera également organisée à Nice.

Pour les intermédiaires et la vente en gros, des panneaux publicitaires seront installés à l’entrée des marchés de gros de Paris et Marseille pendant trois mois, outre des insertions publicitaires dans des magazines spécialisés en fruits et légumes frais.

Concernant le marché russe, un programme visant l’incitation des exportateurs à accéder à ce marché qui recèle d’importantes potentialités, mais se caractérise par une forte concurrence au niveau des prix des produits venant de Turquie, d’Egypte et du Maroc.

A cet égard, la ligne maritime directe reliant la Tunisie et la Russie (Sfax/Novorossiisk) sera mise à la disposition des exportateurs par la Compagnie tunisienne de navigation de manière à raccourcir les délais de transport à 6 jours, contre 15 auparavant. Ces exportateurs bénéficieront également, selon le ministère d’une réduction du cout du transport et n’auront ainsi à payer que le tiers.
Le département de l’agriculture favorisera en outre l’exportation vers l’Algérie d’une quantité d’agrumes (entre 4 et 6 mille tonnes) destinée à l’industrialisation.

En ce qui concerne le marché local, un programme a été élaboré pour promouvoir la consommation des agrumes, à travers la mise en place d’un point de vente du producteur au consommateur et un espace de vente des agrumes au Belvédère, outre la sensibilisation des structures publiques chargées des restaurants publics à donner la priorité à la consommation des agrumes au lieu des autres produits importés .

Selon les données du ministère de l’agriculture, la récolte des agrumes devrait atteindre 560 mille tonnes, cette saison, contre 380 mille tonnes, au cours de la saison écoulée, soit une hausse de 47%.

Cette augmentation a été enregistrée au niveau des différentes variétés, dont les maltaises 187 mille tonnes (+57%), Navel 128 mille tonnes (+37%), Clémentine et mandarine 106 mille tonnes (+55%), citron 72 mille tonnes (+55%), Meski 34 mille tonnes (+6%) et d’autres variétés 32 mille tonnes (+12%).

Face à cette hausse de la production
, le président de l’Union tunisienne de l’agriculture et de la pêche (UTAP) Abdelmajid Zar avait tiré la sonnette d'alarme indiquant que "la moitié de la récolte des agrumes de 2016, composée à hauteur de 750 mille tonnes d’oranges, pourrait être détruite, à cause d’un marché local restreint (350 mille tonnes), de la faiblesse de l’exportation et l’absence d’industries de transformation de ce produit".

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Facebook.