Dégroupage: Inwi saisit l'ANRT "pour mettre fin aux pratiques anticoncurrentielles de Maroc Télécom"

Publication: Mis à jour:
COLLAGE
DR
Imprimer

TÉLÉCOMS - Inwi a saisit l'Agence nationale de réglementation des télécommunications (ANRT) vendredi 30 décembre pour "mettre fin aux pratiques anticoncurrentielles de Maroc Télécom sur le marché du fixe", comme l'indique l'opérateur dans un communiqué.

En cause, l’énorme retard de Maroc Télécom sur le dégroupage, qui oblige l’opérateur historique à ouvrir son infrastructure aux opérateurs concurrents depuis 2007.

Un retard qui, selon Inwi "met en évidence la volonté de Maroc Telecom de s’affranchir du cadre réglementaire mis en place ainsi que ses manquements répétés à ses obligations".

"A travers sa saisine, Inwi demande à l’ANRT constater le préjudice subi et de prendre les mesures opérationnelles et coercitives nécessaires pour astreindre Maroc Telecom à cesser ses pratiques anticoncurrentielles et à mettre en place un processus de dégroupage efficace, transparent, raisonnable, équitable et non discriminatoire" explique l'opérateur.

Une saisine qui intervient quelques jours après qu'Inwi a adressé une mise en demeure écrite à Maroc Télécom pour cette même raison.

En octobre dernier l'ANRT avait elle-même exprimé son mécontentement face aux retards de Maroc Télécom sur le dégroupage.

"Le dégroupage de la boucle locale et/ou sous boucle locale correspond au processus permettant à un opérateur tiers d’accéder aux lignes téléphoniques en cuivre de l’opérateur détenant une boucle locale, en louant auprès de ce dernier, tout ou partie d’une ligne téléphonique et proposer ainsi ses propres services à ses clients. Au Maroc, le dégroupage constitue une obligation réglementaire pour l’opérateur détenteur de la boucle locale en cuivre, en l’occurrence IAM, depuis 2007. En clair, l’objectif du dégroupage est de permettre aux consommateurs de choisir librement leur fournisseur de téléphonie fixe et d’ADSL" explique Inwi dans ce même communiqué.

LIRE AUSSI: