Huffpost Tunisie mg

Pour Béji Caid Essebsi, 2017 sera "l'année de la relance économique" (VIDÉO)

Publication: Mis à jour:
Imprimer

Le président de la république Béji Caid Essebsi a souligné que la nouvelle année 2017 “sera l’année de la relance économique et la réalisation d’un taux de croissance substantiel”, tout en qualifiant de “difficile à bien des égards l’année 2016”.

Présentant samedi soir au peuple tunisien ses vœux pour le nouvel an, le chef de l’Etat a indiqué que l’année qui s’écoule a connu “néanmoins des réussites, dont notamment la bataille remportée contre le terrorisme à Ben Guerdane, la conclusion du document de Carthage qui a ouvert la voie à la formation d’un gouvernement d’union nationale ainsi que la tenue en novembre dernier de la conférence internationale sur l’investissement Tunisie-2020”.

“Cette conférence a permis à la Tunisie de recueillir des intentions d’investissements étrangers de l’ordre de 34 milliards dont 15 milliards réservés pour l’année 2017”, a-t-il rappelé.

Le président de la république s’attend à un “taux de croissance respectable en 2017, à une amélioration de la production du phosphate ainsi qu’à une relance du tourisme dont les bons indices ont été perceptibles cette année, outre les prémices d’une prochaine bonne récolte agricole”.

Il a qualifié d’autre part d'”agitation créée sciemment sans une lecture objective des données”, les informations sur un possible retour de terroristes tunisiens, estimant que leur nombre dans les différents foyers de tension “ne dépasse pas les 2926″, se déclarant à ce propos ”étonné de l’amplification de ce nombre par certains”.

Béji Caid Essebsi a affirmé à cet égard que l’Etat traitera la question du retour des terroristes “conformément à la loi sur le terrorisme et l’interdiction du blanchiment de l’argent”, tout en précisant que la constitution tunisienne ne leur interdit pas le retour en Tunisie.

Au sujet de l’assassinat de l’ingénieur Mohamed Zouabi mi-décembre à Sfax, le président de la république a indiqué que “la Tunisie ne lésinera pas sur les moyens, comme elle l’a faite auparavant, pour recourir au Conseil de Sécurité de l’ONU si l’implication de l’entité israélienne était confirmée dans ce crime”.

Il a “catégoriquement démenti les rumeurs sur l’intention du gouvernement tunisien de normaliser les relations avec Israël”.

“Cela ne se produira jamais”, a-t-il affirmé, rappelant le soutien indéfectible de la Tunisie à la cause palestinienne et l’accueil pendant dix ans dans notre pays des combattants palestiniens.

Béji Caid Essebsi a conclu son allocution en soulignant que “l’intérêt de la Tunisie en ces circonstances exigent le resserrement des rangs et la solidarité avec l’Etat”.

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Facebook.