Le café littéraire "le sous-marin", un lieu ou l'art redevient populaire

Publication: Mis à jour:
15740890_10211797377716705_8370538944483336632_N
Souhil Boukelmoune/facebook
Imprimer

Et si une simple pause dans le café du coin pouvait s’accompagner du loisir de visiter une exposition, assisté à une projection ou encore à un récital de poésie ? C’est désormais possible.

Au sous-sol d'un immeuble au Telemly, un lieu insolite ouvrira prochainement ses portes, le café littéraire "le sous-marin". Un espace de détente où l’on s’arrête par hasard mais on y revient par plaisir.

Fares Kader-affak, l’initiateur de ce projet, a inauguré hier la première partie de cette "galerie gourmande". Acteur de cinéma, engagé dans la vie culturelle et associative, Fares entouré de quelques amis, a dévoilé hier le café littéraire "le sous-marin".

a

"Il s’agit d’une réinterprétation contemporaine du café littéraire, dont l’objectif est de rapprocher le citoyen de la création artistique. Comment ? En faisant en sorte que l’art s’approprie un espace public. De manière spontanée, les personnes viendront prendre un pot et à la même occasion ils y découvriront différentes activités culturelles", explique Fares le concept de son café littéraire.

La première partie café littéraire «le sous-marin» est la galerie d’art. Les visiteurs ont découvert hier une exposition de l’artiste "El-Moustache" intitulée " إنتاج و إنتاجية ", accompagné d’un moment de poésie avec un récital de Madjid Arab.

a

Un moment convivial, où les discussions sont polyvalentes, comme se veut d’être ce lieu. Fares confie que le café littéraire "le sous-marin" aspire à décomplexer les gens de cette idée "élitiste" que l’on se fait d’une galerie d’art. Il estime que ces dernières années, l’art est devenu "initié" et a rompu avec le grand public.

"Si on veut que l’art en Algérie soit plus visible, il faut que celui-ci retrouve son public", affirme encore Fares.

C’est de cette volonté qu’est né le café littéraire "le sous-marin", précise-t-il, lors d’une visite guidée des lieux, où il est nécessaire de faire appel à son imagination car les travaux sont encore en cours.

Situé au 67 Boulevard Krim Belkacem, ce grand espace est le siège de l’ancien Parti démocratique et social (MDS). Fares explique, qu’une fois les travaux achevés, le visiteur découvrira en rentrant le café, ensuite la galerie d’exposition qui jouxte le café, et également une salle de projection et de spectacles.

"La salle de projection sera mise à la disposition de tout artiste qui souhaite projeter son film et ouvrir le débat avec le public. Le spectacle est aussi le bienvenu, une scène sera aménagée dans cette pièce qui peut également se transformer en salle de formation. En réalité, il n’y a pas de restrictions. Cet espace est appelé à se transformer selon les besoins de l’artiste", indique Fares.


"Expo pour tous"

Au café littéraire "le sous-marin", il n’est pas question de se cantonner à un style d’art, ni à la situation géographique de l’artiste. Fares a fait savoir que les artistes de l’intérieur du pays ou ceux du sud ne jouissent pas de la visibilité dont bénéficient les artistes à la capitale.

"Chaque région d’Algérie peut se targuer du talent de sa création artistique, seulement le manque d’espace d’exposition et autres font en sorte que ces artistes restent dans l’ombre. L’objectif est de leur permettre de montrer leur création à un grand public", souligne-t-il.

sousmarin

Mieux encore, Fares va aménager au sein du "sous-marin" un dortoir, où les artistes peuvent séjourner le temps de leur exposition.

Désormais, le café littéraire le "sous-marin" s’offre à eux. Mais l’ambition de Fares, de faire de cet espace un levier d’art pour la promotion et l’éclosion de l’artiste algérien, ne s’arrête pas là. Des expositions collectives entre jeunes artistes et artistes confirmés seront conjointement organisée. "C’est en quelque sorte du networking, la jeune scène se fera un réseautage par ce biais" précise Fares.

Un projet participatif

L’inauguration de la première partie du café littéraire "le sous-marin" est une occasion de présenter ce projet mais aussi une levée de fond pour continuer les travaux des autres espaces. L’idée est que les citoyens apportent leur contribution, comme ils le souhaitent. "Hier on m’a prévenu que je devais passer récupérer de la moquette à une adresse, sans m’expliquer de qui ça venait, seulement il fallait que je sois véhiculé", raconte Fares.

Cet appel à participation a été lancé sur les réseaux sociaux, Fares a expliqué son projet, et partagé avec les internautes, des photos qui témoignent l’avancement des travaux.

Si la contribution des citoyens et encore dérisoire, l’initiateur du projet ne se décourage pas. "Je veux avec cette démarche que chacun se sente concerné par cette initiative. C’est une manière de faire appel à la citoyenneté de chacun d’entre nous".

Fares a également reçu de la peinture qui a servi à accélérer les travaux de cette première partie et ainsi que des livres d’art.
Enfin, si vous passez au café littéraire "le sous-marin", sachez que votre café aura un autre goût, il sera bien meilleur, grâce à une divertissante activité culturelle.

Retrouvez les articles de HuffPost Algérie sur notre page Facebook.

Pour suivre les dernières actualités en direct, cliquez ici.

À lire aussi sur le HuffPost Maghreb

Close
expo de "El-Moustache" au café littéraire "sous-marin"
sur
Partager
Tweeter
PUBLICITÉ
Partager
fermer
Image affichée

Suggérer une correction