Pour le réseau Doustourna, les programmes politiques d'Ennahdha et de Nidaa sont "incohérents et évasifs"

Publication: Mis à jour:
JAWHER BEN
FETHI BELAID/AFP/Getty Images
Imprimer

Le premier rapport de l’initiative civile ” Ntalbek W Nhasbek ” pour 2015 constate que les programmes et visions politiques des deux partis majoritaires au parlement Nidaa Tounès et Ennahdha ont été incohérents et évasifs, ce qui affaibli le travail du gouvernement.

Selon le même rapport, publié par le Réseau Doustourna et dont les résultats ont été présentés jeudi au cours d’une conférence de presse a Tunis, 89,29% des promesses électorales des deux partis dans les domaines économique, social, culturel et de la jeunesse sont creuses et manquent de précision.

Jawhar Ben Mbarek coordinateur du Réseau Doustourna a indiqué que les mouvements Ennahdha et Nidaa Tounes n’ont pas fait de promesses dans le secteur de l’enfance. Ce qui signifie, selon lui, que l’enfance ne figure pas dans les priorités des deux partis.

Il estime, par ailleurs, que ces promesses ne datent pas d’aujourd’hui et qu’elles ont été abordées avant même la révolution.

En ce qui concerne le travail des groupes parlementaires des deux partis, Doustourna note que les députés des deux mouvements ont voté, durant la session parlementaire 2015, 45 lois dont 9 relatifs à leurs engagements électoraux.

Le rapport relève que les deux groupes n’ont adressé aucune question écrite ni formé de commission d’investigation parlementaire.

Jawhar Ben Mbarek a déploré le retard pris par la Banque centrale et certains ministères et institutions comme la santé et le tourisme, l’Office national de maitrise des déchets et l’agence nationale de maitrise de l’énergie à publier leurs rapports.

Il a critiqué la faiblesse du contenu du rapport du ministère des Affaires sociale.

Ben Mbarek a déploré la rétention de l’information par certaines institutions, affirmant, à cet égard, que le Réseau Doustourna, ainsi que le Forum tunisiens des droits économiques et sociaux et l’organisation Oxfam porteront plainte contre certains ministères.

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Facebook.