En réponse aux sanctions de Washington après le piratage russe, le Kremlin expulse 35 diplomates américains

Publication: Mis à jour:
PUTIN
(COMBO)This combination of file photos shows US President Barack Obama speaking at the White House in Washington, DC on December 16, 2016 and Vladimir Putin speaking in Moscow on December 23, 2016.The US on December 29, 2016, fired back at Moscow over its meddling in the presidential election, announcing a series of tough sanctions against intelligence agencies, expulsions of agents and shutting down of Russian compounds on US soil. 'I have ordered a number of actions in response to the Russian | SAUL LOEB via Getty Images
Imprimer

Moscou va expulser 35 diplomates américains en réponse aux sanctions décidées par Washington qui l'accuse d'ingérence dans l'élection présidentielle américaine, a annoncé vendredi le chef de la diplomatie russe, Sergueï Lavrov.

Le ministère des Affaires étrangères (...) a proposé au président russe de déclarer persona non grata 31 diplomates de l'ambassade des Etats-Unis à Moscou et quatre diplomates du Consulat général américain à Saint-Pétersbourg (nord-ouest), a indiqué M. Lavrov, lors d'une intervention télévisée.

Il a également proposé d'interdire aux diplomates américains d'utiliser une maison de campagne dans la banlieue de Moscou et un bâtiment leur servant de dépôt dans la capitale.

La réciprocité est la règle de la diplomatie dans les relations internationales, a affirmé M. Lavrov.

Les mesures à l'encontre de la Russie annoncées la veille par le président américain Barack Obama prévoient notamment l'expulsion de 35 personnes considérées comme des membres des services de renseignement russes et la fermeture de deux sites russes à New-York et dans l'Etat du Maryland, près de Washington, considérés comme des bases utilisées par des agents russes.

Nous ne pouvons bien évidemment laisser de telles attaques sans réponse, a souligné M. Lavrov.

Retrouvez les articles de HuffPost Algérie sur notre page Facebook.

Pour suivre les dernières actualités en direct, cliquez ici.