Piratages durant la présidentielle: Barack Obama va annoncer des sanctions contre la Russie

Publication: Mis à jour:
BARACK OBAMA RUSSIA
Sputnik Photo Agency / Reuters
Imprimer

ÉTATS-UNIS - Chose promise... L'administration américaine est sur le point d'annoncer les sanctions prévues par le président Barack Obama contre la Russie pour les piratages informatiques qui ont perturbé la présidentielle aux Etats-Unis.

"Une annonce pourrait être faite dès cette semaine", selon le Washington Post, tandis que CNN prévoit une annonce "dès jeudi" 29 décembre.

Selon les deux médias, les sanctions pourront être diplomatiques et financières. Elles devraient aussi comporter un volet tenu secret de contre-attaque informatique. Barack Obama a promis des représailles contre la Russie après les piratages informatiques qui ont perturbé le match électoral entre Donald Trump et Hillary Clinton.

Donald Trump isolé

Washington accuse notamment des pirates informatiques russes d'avoir dérobé des dizaines de milliers d'emails de responsables démocrates.

Ces messages ont ensuite été mis en ligne, jetant une lumière crue sur les délibérations internes du camp démocrate et brouillant le message de sa candidate. Le président Obama a directement mis en cause son homologue russe dans cette affaire, soulignant que "pas grand chose ne se passe en Russie sans l'aval de Vladimir Poutine".

Donald Trump, le président élu, a affirmé qu'il ne "croyait pas" à ces accusations, qualifiées par ailleurs par Moscou "d'indécentes".

Mais il est isolé dans son propre camp, la plupart des responsables républicains ne mettant pas en doute la réalité des opérations russes et appelant à des sanctions. Le président de la commission des forces armées du Sénat, John McCain, a ainsi affirmé mercredi 28 décembre qu'il "fallait que Vladimir Poutine sache que ce genre d'opérations sera sanctionné à l'avenir". Les faits sont "extrêmement sérieux", a-t-il dit sur la chaîne Fox News.

La Russie chercherait à affaiblir la nouvelle présidence

Il faut "sanctionner le secteur de l'énergie" russe et imposer des sanctions financières et des restrictions sur les voyages des hauts responsables russes, a renchéri de son côté le sénateur Lindsey Graham, un autre faucon interviewé par Fox News.

Mais il reviendra à la future administration Trump et au nouveau Congrès d'appliquer ces sanctions, et non à l'administration Obama finissante, a-t-il ajouté.

Nombre d'observateurs ont estimé que le but des interférences russes était avant tout de saper la confiance dans la légitimité de l'élection américaine, pour affaiblir la future présidence.

Un rapport de la CIA qui a fuité dans la presse est toutefois allé plus loin, en affirmant que Moscou avait mené ces opérations dans le but de faire gagner Donald Trump, qui a souvent loué les qualités de leader de Vladimir Poutine.

LIRE AUSSI: