Une offre d'achat "surprise" à 3 milliards de dollars pour la Samir

Publication: Mis à jour:
SAMIR
Une offre d'achat "surprise" à 3 milliards de dollars pour la Samir |
Imprimer

RAFFINERIE - Coup de théâtre dans l'affaire de la Samir. L'expert-comptable en charge du dossier de la liquidation de la raffinerie a reçu mercredi 28 décembre une offre de rachat de trois milliards de dollars (soit 31 milliards de dirhams).

"Nous avions l'intention de lancer des manifestations d'intérêt cette semaine, mais nous avons reçu une offre de 3 milliards de dollars d'un conglomérat étranger", a déclaré le syndic Mohamed El-Krimi, cité par l'agence Reuters.

"Nous estimons qu'il s'agit d'une offre sérieuse jusqu'à preuve du contraire, mais le tribunal va convier d’autres manifestations d'intérêt", a-t-il ajouté.

Le syndic n'a pas précisé le nom du potentiel acheteur mais il est, selon Médias24, représenté par un cabinet d'avocats italien, Mazzanti and Partners, situé à Bologne (nord-est).

Toujours selon le site d'information économique, l'offre d'achat, qui sera examinée de près pour juger de sa fiabilité, se situe bien au-dessus des évaluations établies par les experts marocains, qui tablaient plutôt sur un prix plancher de mise en vente de la Samir situé entre 18 et 22 milliards de dirhams.

Le juge-commissaire chargé de cette affaire a ainsi décidé de reporter au 2 janvier la nouvelle audience qui devra fixer le prix minimum de cession de la raffinerie. Un appel à manifestation d'intérêt sera ensuite lancé.

La semaine dernière, la justice avait accordé trois mois supplémentaires au syndic de la raffinerie pour trouver des acheteurs et finir le processus de liquidation, qui devait initialement être bouclé le 21 décembre.

En juin dernier, la Cour d’appel de Casablanca avait confirmé la décision du tribunal de Commerce de placer en liquidation judiciaire la Samir qui croulait sous le poids de dettes estimées à 44 milliards de dirhams.

La raffinerie implantée à Mohammedia et détenue à 67,26% par Corral Petroleum Holdings, société appartenant au milliardaire saoudien Mohammed al-Amoudi, avait dû interrompre ses activités en août 2015 suite à cette grave crise financière.

LIRE AUSSI: