Huffpost Algeria mg

Développement des TIC : L'Algérie fait son rattrapage grâce à l'internet mobile

Publication: Mis à jour:
THUMBNAIL_UIT SG HOULIN ZHAO
DR
Imprimer

L’Algérie tend à se rapprocher du niveau de développement des Technologies de l’information et de communications de ses voisins marocains et tunisiens. Elle est classée par l’UIT dans la catégorie des pays dynamiques dans ce domaine, grâce l’avènement de l’Internet mobile.

L’Algérie a considérablement amélioré son classement dans le rapport de l’Union internationale des télécommunications (UIT) "Mesurer la société de l’information 2016", publié récemment, mais demeure toujours mal classée, en se plaçant à la 103ème place sur un total de 175 nations comparées. Le rapport de l’UIT qui constitue un recueil de données et des analyses les plus fiables, mesure le niveau global développement des TIC dans le monde à travers 11 indicateurs.

A l’échelle régionale, l’Algérie est au bas du classement en Afrique du Nord, la Libye étant exclue de l’évaluation pour l’édition 2016. C’est la Tunisie qui se place en leader régional ; 4ème en Afrique (95ème mondiale) derrière l’Ile Maurice (73ème mondial), les Seychelles (86ème) et l’Afrique du Sud (88ème). Le Maroc s’est offert la 2ème place en Afrique du Nord (5ème sur le continent et 95ème mondiale), suivi de l’Egypte (100ème mondiale).

L’Algérie figure néanmoins, pour la première fois depuis le lancement de ce baromètre par l’UIT en 2009, dans le top 10 africain, en se plaçant devant le Botswana (108ème) et le Ghana (112ème). Elle est d’ailleurs classée dans la catégorie des pays ayant accomplis des "progrès substantiels" en matière de développement TIC, en passant de la 113ème à la 103ème place mondiale.

Amélioration des indicateurs

Si les résultats montrent que la quasi-totalité des 175 pays couverts par l’Indice de développement des TIC (IDI) ont enregistré des progressions entre 2015 et 2016, quelques pays tirent leur épingle du jeu à l’image de l’Algérie qui a enregistré l’amélioration moyenne la plus importante de son IDI dans la région grâce à la pénétration de l’internet mobile. Sa valeur globale de l'IDI a augmenté de 0,66 points, contre 0,35 points pour le Maroc, 0,34 points pour la Tunisie.

La croissance des performances de l'IDI en Algérie a été stimulée par les améliorations des indicateurs de la proportion des internautes et des ménages à utiliser Internet et de la pénétration des abonnements au large bande mobile. Ce sont "ces développements" qui ont permis à l’Algérie de "progresser sur d'autres pays ayant des valeurs et des classements identiques de l'IDI en 2015", expliquent les auteurs du rapport.

Si le monde est de plus en plus connecté, le rapport de l’UIT révèle des inégalités socio-économiques qui ne cessent de se creuser. "Si l'on veut accroître le nombre de personnes connectées, il est important de s'efforcer de réduire les inégalités socio-économiques en général", a déclaré le Secrétaire général de l'UIT, Houlin Zhao. "Les niveaux d'instruction et de revenu sont des facteurs déterminants dans le fait que les personnes utilisent ou non l'Internet. Les TIC joueront un rôle de premier plan dans la
réalisation de chacun des 17 Objectifs de développement durable (ODD) et ce rapport contribue de façon essentielle au processus de réalisation de ces Objectifs. Le suivi des progrès passe nécessairement par une activité de mesure et l'élaboration de rapports; voilà pourquoi, chaque année, l'UIT rassemble des données et publie ce document majeur".

La Corée du Sud championne des TIC

Pour la deuxième année consécutive, la Corée du Sud arrive en tête du classement IDI. Le Top 10 de ce classement mondial comprend deux autres pays de la région Asie-Pacifique, en l’occurrence Hong Kong (6ème) et le Japon (10ème) et sept pays européens : l’Islande (2ème), le Danemark (3ème), la Suisse (4ème), le Royaume Uni (5ème), la Suède (7ème), les Pays Bas (8ème) et la Norvège (9ème).

Entre 2015 et 2016, "l'utilisation des TIC a davantage progressé que l'accès, et ce essentiellement du fait de la forte progression de l'adoption du large bande mobile partout dans le monde. Un nombre croissant de personnes, en particulier dans les pays en développement, ont pu ainsi entrer de plain‑pied dans la société de l'information et profiter des nombreux services et applications fournis via l'Internet", explique Brahima Sanou, Directeur du Bureau de développement des télécommunications de l'UIT qui élabore ce rapport chaque année.

Retrouvez les articles de HuffPost Algérie sur notre page Facebook.

Pour suivre les dernières actualités en direct, cliquez ici.