Huffpost Algeria mg

L'actualité High-Tech de la semaine en bref

Publication: Mis à jour:
HIGHTECH
DR
Imprimer

Retrouvez actualité High-Tech de la semaine en bref ...

Djezzy organise le 25 janvier 2017 une journée dédiée à ses fournisseurs

Dans le cadre de son processus de transformation, Djezzy organise le 25 janvier 2017 une journée consacrée aux fournisseurs et autre vendeurs qui opèrent dans l’écosystème de la téléphonie mobile afin de découvrir les potentialités qu’offrent les entreprises Algériennes en terme d’opportunités à saisir ou à développer. Les changements intervenus dans le cadre de la création d’un nouveau modèle d’entreprise, supposent également une nouvelle vision du marché et une approche différente par rapport à ses acteurs. Rendre la société plus agile, plus compétitive et plus centrée sur le client, exige dans le même temps, une réadaptation du système d’achat et une parfaite connaissance de son environnement commerciale afin de tirer le maximum d’avantages mutuellement bénéfique tout en optimisant les coûts.

D’autres détails liés à cette nouvelle stratégie seront divulgués le 25 janvier prochain lors d’un évènement auquel Djezzy attache une très grande importance et où fournisseurs et équipementiers seront conviés. Leader des technologies numériques, le nouveau Djezzy née d’un partenariat stratégique FNI-VimpelCom continue de marquer l’histoire de la téléphonie mobile en Algérie.

Ericsson et Cisco vont cibler les entreprises et les clients du secteur public en 2017

Ericsson prévoit d'étendre son partenariat avec Cisco Systems Inc en desservant de nouveaux clients corporatifs et le secteur public en 2017, a déclaré Rima Qureshi, son responsable pour l’Amérique du Nord à Reuters. Rima Qureshi affirme que Ericsson et Cisco restent sur la bonne voie pour atteindre chacun un milliard de dollars de plus en revenus d'ici 2018 grâce à un partenariat qui a été annoncé à la fin de 2015.

La responsable d’Ericsson pour l’Amérique du Nord affirme que le partenariat avec Cisco a généré plus de 60 transactions au cours de la première année, et a été principalement axé sur les opérateurs de télécommunications. L'année prochaine, les deux sociétés technologiques prévoient de cibler aussi bien les entreprises que le secteur public.

"Nous sommes tous deux beaucoup plus proches de la façon dont nous pouvons travailler sur le segment entreprise", a déclaré Qureshi. "Nous étudions ce que nous pouvons faire ensemble au sein de l'industrie et la société, en particulier dans le domaine des l'Internet des objets (IdO), les villes intelligentes, et nous allons cibler des domaines spécifiques du secteur public, notamment les transports, les services publics et la sécurité", a-t-elle ajouté.

Rima Qureshi a déclaré qu’Ericsson prévoit de générer jusqu'à 25% de revenus des entreprises en dehors des opérateurs de télécommunications d'ici 2020.

L’opérateur russe Megafon achètera une participation majoritaire dans Mail.ru

L'opérateur mobile russe Megafon a accepté de payer 740 millions de dollars pour acheter une participation de contrôle dans le groupe Internet Mail.ru du milliardaire Alisher Usmanov, qui est un investisseur dans les deux sociétés. Megafon a déclaré espérer que

l'accord permettrait aux utilisateurs de téléphones mobiles d'accéder à une large gamme de contenu via les plateformes Mail.ru tout en renvoyant Megafon "à une croissance durable". Megafon est la deuxième société mobile de Russie.

Megafon et ses rivaux russes ont vu leur croissance des ventes tomber près de zéro dans un marché saturé et sont à la recherche de partenariats basés sur Internet, car ils cherchent à s'éloigner d'une structure d'affaires traditionnelle des télécommunications. Selon les termes de la transaction, Megafon achèterait 63,8% de droit de vote dans Mail.ru auprès d'Usmanov, payant 640 millions de dollars à l'issue de l'opération et 100 millions de dollars supplémentaires un an plus tard. Mail.ru, qui possède les trois plus grands réseaux sociaux de langue russe et une entreprise de jeux en ligne, et a, parmi ses actionnaires, la société Naspers d'Afrique du Sud et Tencent Holdings Ltd de Chine.

Le régulateur néerlandais interdit le service de streaming musical "gratuit" de T-Mobile

L'Autorité néerlandaise de la consommation et des marchés (AFM) a ordonné à l’opérateur T-Mobile de cesser d'offrir un produit de musique en streaming non comptabilisé dans la consommation data de ses clients. L'AFM a déclaré que la pratique, souvent appelée "notation zéro" (Zero rating), est une violation des règles néerlandaises de neutralité du net, parce qu'elle met en concurrence désavantageuse des services tels que Spotify.

La filiale de Deutsche Telekom, T-Mobile Netherlands, qui avait lancé le produit le 10 octobre dernier, doit cesser d'offrir gratuitement ce service de streaming musical sous peine de faire face à une pénalité quotidienne de 50.000 euros, a indiqué l'AFM. La pratique du "Zero rating" est en train de devenir comme l'un des principaux champs de bataille pour les entreprises de télécommunications européennes, car elles cherchent des moyens d'attirer des clients supplémentaires. La loi néerlandaise sur la neutralité du net interdit sans ambiguïté cette pratique, mais les règles de l'Union européenne sont moins claires à ce sujet.

L'armée ukrainienne piégée par des cyberpirates russes

Selon la firme de cybersécurité CrowdStrike, des unités de l'artillerie ukrainienne ont été espionné entre fin 2014 à 2016 par les "Fancy Bear", un groupe de pirates informatiques russes au moyen de logiciels malveillants implantés dans des équipements technologiques fonctionnant sous Android donnant ainsi accès à des communications et à des données de localisation d'unités des forces ukrainiennes. Selon Reuters qui rapporte cette information, "les services de renseignements américains soupçonnent ces pirates russes, aussi connus sous le nom d'APT 28, de travailler pour le compte du GRU, le renseignement militaire russe. Ils ont été liés aux cyberattaques dont a été victime le Parti démocrate lors de la campagne présidentielle aux Etats-Unis". CrowdStrike croit que ces renseignements, ont permis à la Russie de piloter des frappes contre l'artillerie ukrainienne pour soutenir les séparatistes pro-russes de l'Est du pays. Interviewé par Reuters, Dmitri Alperovitch, co-fondateur de CrowdStrike, a déclaré que "le logiciel malveillant utilisé contre les unités ukrainiennes était une variante de celui qui a servi à pénétrer dans les serveurs du Comité national démocrate (DNC)". Un logiciel espion similaire à celui utilisé aux Etats-Unis a été retrouvé à trois reprises dans des ordinateurs du gouvernement lituanien depuis 2015, a déclaré le chef du Centre de cybersécurité de l’Ukraine.

Retrouvez les articles de HuffPost Algérie sur notre page Facebook.

Pour suivre les dernières actualités en direct, cliquez ici.