Huffpost Algeria mg

"Il n'est pas question d'austérité mais de rationalisation des dépenses", estime Sellal

Publication: Mis à jour:
Imprimer

La rationalisation des dépenses n'affectera pas les acquis sociaux. C'est ce qu'affirmait mercredi 28 décembre 2016 le Premier ministre Abdelmalek Sellal, lors de son passage à une émission à la Télévision algérienne, où il a fait savoir que le changement de modèle économique est la principale stratégie des pouvoirs publics pour "libérer l'économie nationale de la dépendance aux hydrocarbures".

Pour Abdelmalek Sellal, "il n'est pas question d'austérité" car l'Etat maintiendra sa vocation sociale. Il est question selon lui de rationalisation des dépenses, à travers laquelle les pouvoirs publics espèrent aboutir à leur objectif de diversifier l'économie algérienne, à l'horizon 2019.

"La stratégie des pouvoirs publics à l'horizon 2019 est claire: le pétrole ne constituera plus l'unique source de richesse et nous aspirons à changer de modèle économique et diversifier l'économie nationale".

Le Premier ministre, qui affirmait que la LF 2017 a pour but de "réaliser un saut qualitatif en matière de développement socio-économique", a souligné hier "la détermination des pouvoirs publics à maintenir la vocation sociale de l'Etat". "En dépit de la chute vertigineuse des prix de pétrole, les conditions de vie des Algériens ne se sont pas détériorées", a-t-il indiqué.

Il en veut pour preuve le maintien des prix des produits de base, agricoles notamment, qui ne seront pas affectés par la hausse de la TVA.

Il a ainsi rajouté qu'il "n'est pas question d'austérité" mais de rationalisation des dépenses, "le but étant de parvenir à une économie émergente à l'horizon 2019".

"Avancée considérable"

Abdelmalek Sellal a rajouté que les efforts de diversification économique menée par l'Algérie connaissent une "avancée considérable" dans plusieurs filières de l'industrie, à l'instar de l'industrie automobile, la sidérurgie et les matériaux de construction, affirmant que l'objectif est d'investir les marchés extérieurs notamment africains.

"Le secteur de l'automobile a connu une forte dynamique au cours des deux dernières années. Outre l'exportation des véhicules, on pourra exporter également un produit industriel militaire algérien", a-t-il affirmé.

Il a fait savoir de l'existence de négociations sur des projets de partenariat entre Sonatrach et des sociétés émiraties et saoudiennes dans le domaine de la pétrochimie.

Concernant la dette, M. Sellal a ajouté qu'elle est estimée actuellement à trois (3) milliards de dollars, ajoutant qu'il s'agit essentiellement de dettes d'entreprises privées et non pas de dettes publiques. Au cas où l'Algérie recourrait à l'emprunt extérieur en 2017, il sera destiné à des projets précis tel que le Port du Centre.

Pour ce qui est de l'opération de mise en conformité fiscale volontaire (MCFV) lancée au titre de la loi de finances complémentaire 2015, dont le délai était initialement fixé au 31 décembre 2016, le Premier ministre a indiqué que le gouvernement tend à gagner la confiance des acteurs du secteur informel.

Il s'agit d'encourager les personnes physiques activant dans le secteur informel à transférer leur argent vers les banques contre une taxe forfaitaire de 7%, a-t-il poursuivi.

L'opération sera prolongée avec la réduction de la taxe forfaitaire à moins de 7% afin d'encourager les acteurs de l'informel à déposer leur argent au niveau des banques, a conclu le Premier ministre.

Retrouvez les articles de HuffPost Algérie sur notre page Facebook.

Pour suivre les dernières actualités en direct, cliquez ici.