Déclarations de Chabat sur la Mauritanie: Le gouvernement prend position

Publication: Mis à jour:
CONSEIL GOUVERNEMENT
MAP
Imprimer

DIPLOMATIE - Après le ministère des Affaires étrangères, le Rassemblement national des indépendants (RNI) et le Mouvement populaire (MP), le gouvernement a pris position au sujet des déclarations de Hamid Chabat sur la Mauritanie.

Sans pour autant désavouer nommément Hamid Chabat, le Conseil de gouvernement, réuni mardi 27 décembre, a été l'occasion d'évoquer les derniers développements de la scène politique. Dans un communiqué lu au terme de la réunion, Bassima Hakkaoui, ministre de la Solidarité et porte-parole du gouvernement par intérim, a affirmé ''le soutien total du gouvernement à toutes les mesures prises par le roi pour remédier aux répercussions des dernières déclarations au sujet de la Mauritanie sœur’’.

Crise diplomatique

Lors d'une rencontre tenue récemment avec les syndicalistes de l'Union générale des travailleurs du Maroc (UGTM), le secrétaire général du Parti de l'Istiqlal Hamid Chabat a déclaré que la Mauritanie était une partie du Maroc. Une déclaration vécue par le voisin du sud comme une atteinte à sa souveraineté.

Dans un communiqué incendiaire, diffusé dimanche 25 décembre, l'Union pour la république (UPR), le parti au pouvoir en Mauritanie, s'attaque en les termes plus vifs à Hamid Chabat et, plus largement, à l'élite politique du Maroc. Le comportement de Hamid Chabat serait, selon l'UPR, symptomatique "de la dégénérescence et de la faillite politique au Maroc", et trahirait "le manque de vision stratégique des élites marocaines".

Lundi 26 novembre, le ministère des Affaires étrangères a publié un communiqué où il qualifiait de "dangereuses et irresponsables" les déclarations de Chabat.

Le lendemain, le roi Mohammed VI a eu un entretien téléphonique avec le président de la république islamique de Mauritanie Mohammed Ould Abdelaziz. Au cours de cet entretien, le roi a réitéré au président mauritanien son soutien et son amitié indéfectibles, ainsi que son attachement à la relation de bon voisinage et de solidarité entre les deux pays. Mohammed VI a tenu également à rassurer le président mauritanien que le Maroc reconnait l’intégrité territoriale de la république islamique de Mauritanie.

Le souverain a décidé également de dépêcher auprès du président mauritanien le chef du gouvernement Abdelilah Benkirane et le ministre délégué auprès du ministre des Affaires étrangères et de la coopération Nasser Bourita, afin de dissiper tout malentendu qui pourrait avoir un impact négatif sur les relations qui existent entre le Maroc et la Mauritanie.

LIRE AUSSI: