Huffpost Algeria mg

Les chiffres pas clairs de Louh: Plus de 54.450 personnes poursuivies pour des crimes terroristes

Publication: Mis à jour:
LOUH
DR
Imprimer

Au 21 décembre 2016, 54 457 personnes sont fichées pour terrorisme. Une information donnée par le ministre ministre de la justice garde sceaux Tayeb Louh le 26 décembre devant la commission des Affaire juridiques administratives et des droits de l'homme du conseil de la nation

On apprendra que le ministère avait mis en place une base de données centralisée et sécurisée pour les individus poursuivis pour crime terroristes dans le cadre de ses démarches visant la promotion de la gestion judiciaire et administrative et pour faciliter le suivi des listes des individus poursuivis pour des faits à caractère terroriste y compris ceux ayant bénéficier des mesures de la loi sur le réconciliation nationale.

Une application informatique spécifique a été mise en place sous la direction des procureurs généraux près les Cours afin de mettre à jour cette base de données, a-t-il précisé.

En juin 2006, le rapport final sur l'état d'exécution des textes portant mise en œuvre de la Charte pour la paix et la réconciliation nationale, faisait état de “plus de 40 000 citoyens” représentant les différentes catégories concernées ont bénéficié des dispositions prévues.

Ces personnes, avait-on affirmé, se sont présentées au niveau des commissions de wilaya. Les rédacteurs du rapport ont souligné qu'outre les 2 200 détenus élargis à la faveur de la charte, les différents bénéficiaires sont, entre autres, les ayants droit des disparus et des personnes décédées, ainsi que les travailleurs ayant fait l'objet d'un licenciement pour des motifs liés à la tragédie nationale. Sont concernés également les épouses et enfants de terroristes qui vivaient au sein des groupes terroristes.

Un récent rapport élaboré par la commissions présidée par l'avocat Merouane Azzi, en date de septembre 2015, faisait état pour sa part de 15 000 personnes ont bénéficié des dispositions de la concorde civile, décidées en 1999 et consolidées en 2005 à travers la Charte pour la paix et la réconciliation nationale.

Ce nombre, selon Me Azzi, inclut les terroristes qui ont choisi la voie de la repentance, les familles de terroristes, les disparus et les travailleurs licenciés en raison de leur implication dans des actes terroristes.

En tout état de cause, le nombre avancé par le ministre de la justice dépasse largement les chiffres publiés déjà en juin 2006 et septembre 2015.

Les chiffres avancés par le ministre de la justice posent plus d'une interrogation. Les 54 450 personnes poursuivis sont-elles uniquement celles qui ont été condamnées ou ce chiffre comprend -il aussi les personnes acquittées? Et dans ce cas pourquoi va-t-on ficher des personnes blanchies par la justice?

Le chiffre avancé par le ministre de la justice laisse croire à un nombre très important de terroristes. Une affirmation qui contredit tous les chiffres publiés jusqu'à cette date et qui peut être alarmiste à plus d'un titre.

Les chiffres pas clairs du tout du ministre de la justice imposent une explication plus détaillée et plus précise.

Retrouvez les articles de HuffPost Algérie sur notre page Facebook.

Pour suivre les dernières actualités en direct, cliquez ici.