Huffpost Algeria mg

Naissance de la sélection algérienne de judo pour sourds

Publication: Mis à jour:
JUDO
DR
Imprimer

La Fédération nationale des sourds d'Algérie (FNSA) a décidé de mettre sur pied une sélection de judo en prévision des prochaines échéances internationales dont les Deaflympiques (Jeux paralympiques pour les sourds), prévus en août 2017 en Turquie.

Pour ce faire, un premier regroupement de présélection aura lieu du 27 au 30 décembre au Centre de regroupement et de préparation des équipes nationales de Souidania (Alger) qui sera encadré par le nouveau sélectionneur, Ouidir Mohand
Oulhadj, auteur de plusieurs consécrations paralympiques et mondiales avec le judo handisport.

"La Fédération des sourds d'Algérie m'a chargé de lancer une équipe nationale de judo pour cette catégorie, après avoir constaté une activité importante à travers le territoire national. On travaille dessus depuis quelque temps déjà", a déclaré Mohand Oulhadj à l'APS.

Ce stage est une première prise de contact avec des athlètes qui ont été déjà vus à l'oeuvre et qui activent dans leurs clubs respectifs.

"Ce premier stage concernera quatre athlètes que j'ai déjà vus à l'oeuvre. Ce sont eux qui nous ont donné l'idée de lancer une sélection nationale qui va grandir avec le temps, comme ça a été le cas en handisport. Je crois que
ce premier pas est très important et va nous donner une idée bien précise sur la tâche qui nous attend à l'avenir", a expliqué le sélectionneur national, également chargé du lancement du judo à l'instance fédérale.

Mohamed Amine (club d'El-Harrach/+100 kg), le cadet Abdelmalek Kara (club de Kheraïcia/-60 kg), M'hamed Ben Aïssa Bettahar (club de Mostaganem/-81 kg) et Rayan Larfi (club de Bachdjarah/-66 kg) sont les premiers judokas concernés
par ce regroupement. Ils seront rejoints par d'autres lors des prochains stages.

"Convoquer ces quatre athlètes veut dire annoncer aux autres clubs qu'une sélection nationale est en train de se construire et leurs judokas doivent donc être prêts quand on les convoquera après les avoir vus à l'oeuvre bien sûr.
Les conditions actuelles nous ont obligés à procéder de la sorte", a souligné Ouidir, tout en souhaitant pouvoir toucher les différentes régions du pays lors des futurs regroupements.

Le sélectionneur national de judo pour sourds a précisé que l'objectif principal de ce premier contact avec les athlètes était "d'évaluer leur niveau technique et physique", sachant que la plupart d'entre eux s'entraînent avec les valides pour progresser.

Il est à signaler que la FNSA aurait décidé de participer aux Deaflympiques en Turquie avec une équipe de futsal, une autre d'athlétisme et pour la première fois une sélection de judo, ce qui mettrait une pression supplémentaire sur
les épaules du sélectionneur national, tenu de présenter, en un temps réduit, un groupe performant capable de rivaliser avec les meilleurs.

Retrouvez les articles de HuffPost Algérie sur notre page Facebook.

Pour suivre les dernières actualités en direct, cliquez ici.