Les représailles d'Israël après le vote à l'ONU sur les colonies

Publication: Mis à jour:
NETANYAHU
Israeli Prime Minister Benjamin Netanyahu chairs the weekly cabinet meeting in Jerusalem on December 25, 2016.Israel was defiant over a UN vote demanding it halt settlements in Palestinian territory, after lashing out at US President Barack Obama over the 'shameful' resolution. / AFP / AP AND POOL / Dan Balilty (Photo credit should read DAN BALILTY/AFP/Getty Images) | DAN BALILTY via Getty Images
Imprimer

L'Etat hébreu ne décolère pas et le fait savoir. Le vote de l'ONU suscite toujours le courroux à Tel Aviv. Israël a affirmé mardi qu'il réduisait ses relations avec des pays ayant voté pour une résolution de l'ONU contre la colonisation dans les territoires palestiniens occupés.

Réfutant des informations selon lesquelles les relations avec ces pays avaient été suspendues, le porte-parole du ministère israélien des Affaires étrangères Emmanuel Nahshon a déclaré qu'Israël avait temporairement réduit visites et travaux avec des ambassades.

Jusqu'à nouvel ordre, nous limiterons nos contacts avec les ambassades en Israël et éviterons les déplacements de responsables israéliens dans ces pays et la venue de leurs responsables ici, a-t-il affirmé à l'AFP en référence aux pays membres du Conseil de sécurité ayant voté vendredi pour la résolution de l'ONU.

En représailles, Israël a déjà rappelé ses ambassadeurs en Nouvelle-Zélande et au Sénégal et annulé son programme d'aide dans ce pays d'Afrique de l'ouest. Mardi, l'Etat hébreu a également informé l'Angola du gel de son programme d'aide, selon M. Nahshon.

Les pays ne peuvent pas venir en Israël pour apprendre sur la lutte antiterroriste, la cyberdéfense, les technologies agricoles et faire ensuite ce qu'ils veulent à l'ONU, a déclaré à la radio militaire la ministre adjointe des Affaires étrangères, Tzipi Hotovely.

Elle s'est toutefois inquiétée du fait qu'en annulant des déplacements de responsables étrangers, Israël puisse manquer des occasions d'expliquer sa position.

Selon des médias israéliens, le Premier ministre Benjamin Netanyahu, qui officie également comme ministre des Affaires étrangères, a demandé aux responsables de réduire pour l'heure autant que possible leurs déplacements dans les pays ayant voté la résolution.

Ce texte voté vendredi exhorte Israël à cesser immédiatement et complètement toute activité de colonisation en territoire palestinien occupé, dont Jérusalem-Est et affirme que les colonies n'ont pas de valeur juridique.

Des représentants de 10 des 14 pays membres du Conseil de sécurité ayant voté pour le texte, ainsi que l'ambassadeur des Etats-Unis qui s'est abstenu, ont été convoqués dimanche au ministère israélien des Affaires étrangères. Au moins deux déplacements ont par ailleurs été annulés ou reportés, dont celui prévu cette semaine en Israël du Premier ministre ukrainien.

Le vote de la résolution, permis par l'abstention des Etats-Unis, a suscité de violentes réactions dans la classe politique israélienne. M. Netanyahu a accusé l'administration américaine d'avoir fait un coup anti-israélien honteux aux Nations unies.

Pour la première fois depuis 1979, les Etats-Unis n'ont pas mis leur veto à une résolution du Conseil de sécurité sur la colonisation alors qu'ils soutenaient jusque-là Israël sur ce dossier extrêmement sensible.

Retrouvez les articles de HuffPost Algérie sur notre page Facebook.

Pour suivre les dernières actualités en direct, cliquez ici.