Huffpost Algeria mg

L'armée emploie près de 30.000 civils dans ses EPIC

Publication: Mis à jour:
INDUSTRIE MILITAIRE
Forces DZ
Imprimer

Le secteur économique relevant du ministère de la Défense nationale (MDN) emploie actuellement jusqu'à près de 30.000 employés civils répartis entre ses Etablissements publics à caractère industriel et commercial (EPIC), a indiqué à l'APS le directeur des fabrications militaires au MDN, Général major Rachid Chouaki.

"Nous employons entre 20.000 et 30.000 employés civils", souligne Général major Chouaki en marge de la Foire de la production algérienne, organisée du 21 au 27 décembre aux Pins maritimes (Alger), qui a été marquée lors de cette édition par la présence, pour la première fois, du MDN à travers la participation de certaines de ses unités de production.

A travers cette manifestation économique, la Direction des fabrications militaires (DFM) s'est ouverte au large public pour faire connaître certains des produits destinés au marché civil et même à l'exportation une fois la demande du secteur militaire et des corps constitués satisfaite.

La DFM supervise plusieurs EPIC implantées à travers le territoire national. Il s'agit essentiellement du Groupement de promotion des industries mécaniques, de l'Etablissement de l'habillement et de la chaussure, de la Plateforme des systèmes électroniques, de l'Office national des promotions technologiques et de l'Etablissement de développement de l'industrie des véhicules.

"Le Haut commandement de l'ANP nous a orienté pour créer des filiales dans le cadre du partenariat conformément aux dispositions de la loi de finances complémentaire 2009. C'est dans ce sens que la plupart de ces EPIC ont mis en place des filiales de production et de prestations de service", explique le même responsable.

Ceci a permis de donner naissance notamment à la Société algérienne pour la production de poids lourds de marque Mercedes-Benz Rouiba (SAPPL-MB), joint-venture algéro-germano-émiratie, de celle de fabrication de véhicules de marque Mercedes-Benz/SPA/Tiaret et de celle de fabrication de moteurs de marque allemande (Mercedes-Benz, Deutz et MTU) SPA/Oued Hamimine (Constantine).

''Assurer une meilleure qualité des produits et améliorer le taux d'intégration constituent une priorité dans notre politique d'investissement", soutient cet officier supérieur.

A ce propos, il cite aussi l'exemple de l'usine de fabrication électronique de Sidi Bel Abbes qui a fait appel à des partenariats étrangers: "Nous avons une plateforme de fabrication de radars et de caméras thermiques dans cette wilaya et que nous fabriquons en partenariat avec des marques étrangères".

Par ailleurs, la DFM a aussi procédé à la remise en état de plusieurs usines de textile d'entreprises publiques, qui étaient en difficultés ou à l'arrêt, tout en procédant à l'acquisition de 60% du capital de chacune de ces entreprises implantées à travers différentes wilayas pour créer des filiales appartenant à l'Entreprise algérienne des textiles industriels et techniques du MDN (Eatit).

En outre, cette Direction centrale s'est lancée dans la fabrication et la réparation aéronautique tel le projet de fabrication d'hélicoptères utilitaires à Ain Arnet (Sétif), en partenariat avec le constructeur italien Leonardo, qui sera opérationnel à fin 2017.

Questionné sur les exportations, M. Chouaki précise que dans les contrats de partenariat établis avec les étrangers, la DFM exige aussi de ses partenaires le placement des équipements produits localement dans les circuits de distribution à l'international dont ses partenaires disposent.

Retrouvez les articles de HuffPost Algérie sur notre page Facebook.

Pour suivre les dernières actualités en direct, cliquez ici.