Huffpost Maroc mg

Le message rempli d'espoir du veuf de Jo Cox, la député britannique assassinée en 2016

Publication: Mis à jour:
CAPTURE
Le message rempli d'espoir du veuf de Jo Cox, la député britannique assassinée en 2016 | TWITTER/CHANNEL4
Imprimer

NOEL - "Jo adorait Noël". Ainsi commence le message de Brendon Cox, le mari de l'euro-députée britannique assassinée le 16 juin 2016 par un extrémiste, quelques jours avant le référendum sur le Brexit. Dans une vidéo diffusée sur Channel 4, il revient sur l'année 2016, et délivre un véritable message d'espoir.

"2016 a été une année horrible pour notre famille, et une année de division pour le monde. Une année où le fascisme, la xénophobie et le terrorisme nous ont divisés et nous ont fait nous sentir menacés, de l'Amérique à l'Europe, au Moyen-Orient et au-delà. Et ces menaces pourraient s'amplifier, pourraient gagner en puissance, pourraient devenir plus fortes et elles pourraient menacer nos libertés fondamentales, la démocratie, pour lesquelles nos grands-parents se sont battus", rappelle l'époux de Jo Cox.

"Mais ce n'est pas comme ça que les choses doivent se passer", continue-t-il, en rappelant qu'il n'y a rien d'inévitable. "Au lieu de marquer un tournant vers le pire, 2016 pourrait être le signal d'alarme pour nous réunir" enchaine-t-il, pendant que défilent les images des mouvements de soutien du monde entier, diffusés après l'assassinat de la députée.

Brendan Cox conclut son message en appelant à un réveil citoyen et à davantage de tolérance. "Après tout ce qui s'est passé cette année, Jo aurait voulu que chacun d'entre nous prenne la résolution d'agir en 2017 pour rassembler nos communautés, pour tendre la main à quelqu'un avec qui on serait en désaccord".

"Si 2016 a été un signal d'alarme, j'espère que 2017 pourra être l'année où nous réalisons que nous avons plus de choses en commun que de choses qui nous divisent", achève-t-il, avant d'adresser ses voeux de joyeuses fêtes.

La vidéo, mise en ligne ce dimanche 25 décembre sur Twitter, a été partagée et "aimé" plus de 4000 fois.

Ce message fait écho aux premières déclarations de Brendan Cox, qui, lors du verdict du meurtrier de sa femme, n'avait dit éprouver "que de la pitié". "Que ceux qui dans la politique, dans les médias ou dans nos communautés essaient de nous diviser soient face à un mur inattaquable de tolérance britannique", avait-il déclaré.

La mort de Jo Cox avait suscité une vague d'émotion, et cristallisé la violence de la campagne du Brexit. Pour beaucoup, ce référendum est devenu le symbole de la fracture au sein de la population britannique, et le Brexit, adopté à une très faible majorité (51,9%), est désormais analysé comme une des premières étapes de la crise "populiste" qui secoue actuellement l'Union Européenne et le monde.

LIRE AUSSI: Décès de Jo Cox, députée britannique pro-Europe poignardée et blessée par balle