Huffpost Algeria mg

L'utilisation du bracelet électronique lancée au tribunal de Tipasa

Publication: Mis à jour:
94CEFC68E5CC528619A0F1B3D2E94EEC_XL
APS
Imprimer

L'utilisation du bracelet électronique à été lancée officiellement dimanche au tribunal de Tipasa, a annoncé le directeur général de la modernisation au ministère de la Justice, Abdelhakim Akka. Il s'agit d'une première dans le monde arabe et d'une deuxième expérience en Afrique, a-t-il dit.

L'utilisation du bracelet électronique qui entre dans le cadre du contrôle judiciaire vise à renforcer le caractère exceptionnel de la détention préventive qui est très critiquée dans tous les pays du monde étant en contradiction avec la règle de la présomption d'innocence, selon les précisions du Procureur général de la cour de Tipasa, Ghris Kebir.

"Cette mesure vient consolider le respect des droits de l'Homme en limitant le recours à la détention préventive", a-t-il affirmé, mettant en avant les réalisations accomplies pour moderniser le secteur et qui dénotent, a-t-il dit, l'attachement du ministère de la Justice au respect des droits de l'homme.

Cette mesure sera dans un premier temps généralisée à d'autres tribunaux relevant de la compétence de la cour de Tipasa puis à d'autres tribunaux à travers l'ensemble du territoire national, a-t-il fait savoir.

Il a précisé que les applications informatiques du bracelet électronique, qui "offre un niveau de sécurité élevé", avaient été réalisées grâce à des compétences 100% algériennes.

Qualifiant cette procédure de "révolution", il indiqué qu'elle vient s'ajouter aux mesures de modernisation dont la signature électronique, la délivrance à distance (via Internet) du casier judiciaire, certificat de nationalité et la rectification des documents d'état civil.

Retrouvez les articles de HuffPost Algérie sur notre page Facebook.

Pour suivre les dernières actualités en direct, cliquez ici.