Huffpost Algeria mg

Nigeria: l'armée chasse Boko Haram d'un de ses derniers bastions

Publication: Mis à jour:
NIGERIA ARMY
Niger Army armed forces patrol during a visit of Niger's Interior Minister to a camp for displaced populations near Diffa on June 16, 2016 following attacks by Boko Haram fighters in the region.Niger's Interior minister Mohamed Bazoum was paying a visit in Diffa today, after Boko Haram fighters on June 9 attacked a military post in Bosso in Niger's Diffa region, killing 26 soldiers including two from neighbouring Nigeria, in one of its deadliest attacks in Niger. / AFP / ISSOUF SANOGO (Ph | ISSOUF SANOGO via Getty Images
Imprimer

Le président nigérian Muhammadu Buhari a déclaré samedi que l'armée avait écrasé Boko Haram dans la forêt de Sambisa, l'un des derniers bastions du groupe islamiste dans le nord-est du pays.

L'armée mène depuis plusieurs mois des opérations dans cette forêt de quelque 1.300 km2, située dans l'Etat du Borno, où des combattants du groupe ont trouvé refuge après des revers militaires.

Je suis ravi et très fier des braves soldats de l'armée nigériane, après avoir appris la nouvelle tant attendue et gratifiante de l'écrasement final des terroristes de Boko Haram dans leur dernière enclave dans la forêt de Sambisa, a affirmé M. Buhari dans un communiqué.

Le chef de l'Etat a salué la détermination des troupes nigérianes qui ont finalement pénétré et écrasé ce qu'il restait des insurgés de Boko Haram au +Camp Zéro+, situé au coeur de la forêt de Sambisa.

Le chef d'état-major de l'armée m'a appris que le camp était tombé vers 13h35 le vendredi 22 décembre et que les terroristes étaient en fuite, n'ayant nulle part où aller, a dit le président, exhortant les soldats à les poursuivre et à les traduire devant la justice.

Mercredi, l'armée avait affirmé avoir libéré 1.880 civils des mains de Boko Haram et capturé plus de 500 combattants au cours de la semaine écoulée dans la forêt de Sambisa.

Secte salafiste extrémiste à l'origine, Boko Haram s'est mué en mouvement jihadiste à la mort de son fondateur Mohammed Yusuf, en 2009. Les violences du mouvement et leur répression ont fait plus de 20.000 morts et 2,6 millions de déplacés dans le nord-est du Nigeria.

Retrouvez les articles de HuffPost Algérie sur notre page Facebook.

Pour suivre les dernières actualités en direct, cliquez ici.