Gouvernement: Abdelilah Benkirane reprend les négociations la semaine prochaine

Publication: Mis à jour:
BENKIRANE
Abdelilah Benkirane, secretary-general of Morocco's Islamist Justice and Development Party (PJD) speaks during a new conference at the party's headquarters in Rabat, Morocco early October 8, 2016. REUTERS/Youssef Boudlal/File Photo TPX IMAGES OF THE DAY | Youssef Boudlal / Reuters
Imprimer

MAJORITÉ - Après la rencontre avec les deux conseillers royaux Abdelatif Mennouni et Omar Kabbaj, qui ont fait part au chef du gouvernement du souci du roi de "voir le nouveau gouvernement se former dans les meilleurs délais", Abdelilah Benkirane initiera un nouveau round de rencontres avec les chefs de parti politiques.

Contacté par le HuffPost Maroc, le chef du gouvernement Abdelilah Benkirane nous informe qu'il reprendra les négociations avec les partenaires politiques la semaine prochaine, probablement dès lundi.

Ce samedi matin, lors d'un entretien qui s'est tenu au siège de la primature, Abdelatif Mennouni et Omar Kabbaj ont fait part à Abdelilah Benkirane des "attentes" du souverain et "de l’ensemble des Marocains au sujet de la formation du nouveau gouvernement".

Blocage

Deux mois et demi après la tenue des élections législatives, à l'issue desquelles le Parti de la justice et du développement (PJD) est arrivé premier, les négociations pour la formation du prochain gouvernement ont connu leur lot de rebondissements et de blocages. Si le PJD est assuré d'avoir à ses côtés le Parti du progrès et du socialisme (PPS) et l'Istiqlal, le Rassemblement national des indépendants (RNI), qui s'est coalisé avec l'Union constitutionnelle (UC), a surmonté un éventuel rôle de parti d'appoint pour s'ériger en faiseur de majorité.

Interlocuteur incontournable pour la formation du prochain gouvernement, le parti de la colombe a d'abord été accusé par le chef de l'exécutif d'avoir contribué au blocage des négociations, avant d'être sollicité par ce dernier, qui a déclaré qu'"il ne peut y avoir de gouvernement sans RNI".

LIRE AUSSI: