Apologie du terrorisme: Un membre du PJD arrêté par le BCIJ

Publication: Mis à jour:
BCIJ
A Moroccan policeman stands guard at the Central Bureau of Judicial Investigation office in Sale, March 23, 2015. Moroccan authorities said on Monday they had dismantled a militant cell planning to create an Islamic State affiliate in the North African kingdom, seizing guns and accusing its members of plotting attacks. Reporters were shown six pistols and ammunition seized from a hideout near the southern city of Agadir, in the offices of the BCIJ in the city of Sale. REUTERS/Stringer | Stringer . / Reuters
Imprimer

ENQUÊTE - Dans le sillage de l'annonce de l'ouverture d'une enquête contre un groupe de personnes qui a glorifié sur les réseaux sociaux l’assassinat de l’Ambassadeur russe en Turquie, le secrétaire local de la jeunesse du Parti de la justice et du développement (PJD) à Benguerir a été arrêté par des éléments du BCIJ, le Bureau central d'investigations judiciaires.

C'est ce qu'indique le site d'information Al3omk, proche du PJD. Selon cette source, l'homme a été arrêté par les hommes de Khiam mercredi soir et transféré le lendemain matin au siège du BCIJ à Salé pour être entendu. Il est accusé d'avoir "exalté" l'assassinat de l’Ambassadeur russe en Turquie, Andreï Karlov, sur la page Facebook "Foursane Alislah" (chevaliers de la réforme), qui compte plusieurs membres de la jeunesse du PJD.

Selon l'article 218-2 du code pénal marocain, est puni d'un emprisonnement de 2 à 6 ans et d'une amende de 10.000 à 200.000 dirhams (soit de 940 à 18.800 euros), "quiconque fait l'apologie d'actes constituant des infractions de terrorisme, par les discours, cris ou menaces proférés dans les lieux ou les réunions publics ou par des écrits, des imprimés vendus, distribués ou mis en vente ou exposés dans les lieux ou réunions publics soit par des affiches exposées au regard du public par les différents moyens d'information audio-visuels et électroniques".

Les ministères marocains de la justice et de l'Intérieur avaient annoncé jeudi l'ouverture d'une enquête après qu’un groupe de personnes a "clairement exalté, sur les réseaux sociaux, l’acte d’assassinat de l’Ambassadeur russe en Turquie".

''Etant donné que l’apologie d’actes terroristes constitue un crime puni par la loi, conformément à l’article 218-2 du code pénal, une enquête a été ouverte par les autorités compétentes, sous la supervision du parquet général, en vue d’identifier les personnes impliquées et engager les procédures juridiques à leur encontre’’, selon la même source.

Les deux ministères ont estimé que "ces agissements extrémistes et inacceptables sont aux antipodes des préceptes de l’Islam prônant la tolérance et rejetant tout extrémisme et sont contraires aux constantes de la société marocaine fondées sur la modération, le juste milieu et la consécration des valeurs de tolérance et de cohabitation’’.

L'ambassadeur de Russie en Turquie Andreï Karlov a été assassiné lundi à Ankara par un policier turc, qui a affirmé agir pour venger le drame de la ville d'Alep, en passe d'être reprise par le régime syrien soutenu par Moscou.