Huffpost Tunisie mg

Pour ce député du Front Populaire, la Tunisie ne peut pas défendre sa souveraineté tant qu'elle s'allie avec le Qatar, l'Arabie Saoudite ou la Turquie

Publication: Mis à jour:
Imprimer

Le député du Front Populaire, Ammar Amroussia, a pointé du doigt, lors de sa prise de parole au cours de la plénière consacrée à l’affaire de Mohamed Zouari, les politiques adoptées et la coalition au pouvoir d’être derrière derrière la prolifération du phénomène terroriste, qui s’est accentué durant le règne de la Troika, selon ses dires.

“La première lacune est politique par excellence” a-t-il martelé en saluant les efforts des force de l’ordre qui se placent en première ligne pour faire face au danger terroriste.

“Est-il possible d’accepter un ministre des Affaires étrangères de la deuxième république, après la révolution, président du bureau de la normalisation avec l’entité sioniste?” a-t-il dit en accusant fortement la politique étrangère du pays.

“Ceux qui s’allient avec le Qatar, le Yemen, la Turquie et l’Arabie saoudite, ne peuvent pas se pourvoir comme un défendant de la souveraineté” a-t-il renchéri avant de se voir couper la parole par le président de l’ARP qui lui a demandé de ne plus citer les noms des pays.

Amaroussia a repris la parole en disant: “on ne peut pas parler de réussite quand l'institution sécuritaire est mêlée dans les tiraillements politiques”. “Nous voulons une police républicaine qui n’appartient ni au Front populaire, ni à Ennahdha ni même à Nidaa”, a-t-il martelé.

Le député du Front a appelé à défendre le drapeau et la patrie plutôt que de défendre les intérêts des personnes et les barons de la corruption.

Une plénière extraordinaire de l’Assemblée des représentants du peuple consacrée à l’affaire de l’assassinat de Mohamed Zouari a démarré, ce vendredi, en présence du ministre de l’Intérieur, Hedi Majdoub, et du ministre des Affaires étrangères, Khemaies Jhinaoui.

Il est à noter que cette séance d’audition intervient suite à une demande officielle présentée par les partis Ennahdha, Nidaa Tounes, le Front Populaire et le bloc démocratique.

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Facebook.