Un robot a exploré la vie sous-marine en Antarctique, et c'est très coloré (VIDÉO)

Publication: Mis à jour:
Imprimer

Un robot sous-marin a capturé sous la banquise de l'Antarctique des images qui révèlent un monde coloré rempli d'éponges en forme de noix de coco, des vers semblables à des pissenlits ou des algues roses.

La Division australienne de l'Antarctique (AAD), qui dépend du ministère australien de l'Environnement, a attaché une caméra à un véhicule téléguidé qui est rentré dans l'eau via un petit trou percé dans la glace par les scientifiques, comme vous pouvez le voir dans la vidéo en tête d'article.

Ce robot était chargé d'enregistrer les niveaux d'acidité, d'oxygène, la salinité et la température de l'eau. "Ces images révèlent un habitat qui est productif, coloré, dynamique et rempli d'une large variété de biodiversité, y compris des éponges, des araignées de mer, des oursins, des concombres de mer et des étoiles de mer", a déclaré Glenn Johnstone, biologiste de l'AAD.

Ces espèces filmés à O'Brien Bay, près de la station de recherches de Casey, vivent dans des eaux à moins 1,5 degré Celsius toute l'année, sous une épaisse couche de glace de 1,5 mètres pendant 10 mois de l'année.

L'impact du dioxyde de carbone

"De temps en temps, un iceberg peut se déplacer et éradiquer une communauté malchanceuse mais la plupart du temps, la glace protège (les espèces) des tempêtes qui font rage au dessus, ce qui fournit un environnement relativement stable dans lequel la biodiversité peut s'épanouir".

Les scientifiques cherchent à mieux comprendre l'impact de l'acidification de l'océan Austral sur les espèces vivant sur le plancher océanique, sous l'effet des émissions croissantes de dioxyde de carbone.

Le directeur des recherches Johnny Stark explique qu'un quart des émissions de dioxyde de carbone partant dans l'atmosphère sont absorbées par les océans, ce qui augmente leur acidité.

"Le dioxyde de carbone est davantage soluble dans les eaux froides et les eaux polaires s'acidifient à un rythme deux fois plus élevé que dans les régions tropicales et tempérées", a dit M. Stark. "Nous nous attendons à ce que ces écosystèmes soient les premiers affectés par l'acidification de l'océan".

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Facebook.