Un prêt de 1,6 milliard pour le "TGV marocain"

Publication: Mis à jour:
TG MAROC
DR
Imprimer

FERROVIAIRE - Le TGV marocain passe à la vitesse supérieure. Le Fonds arabe pour le développement économique et social (FADES) s'est engagé à contribuer au financement des projets des gares Rabat-Ville et Rabat-Agdal, spécifiques à la Ligne à grande vitesse (LGV), avec une enveloppe supplémentaire de 1,6 milliard de dirhams.

Dans le détail, en vertu des conventions signées ce jeudi 22 décembre à Rabat entre le ministère de l'Economie et des finances, l'Office national de chemins de fer (ONCF) et le FADES, le Fonds a accordé un nouveau prêt d’un montant de 1,6 milliards de dirhams avec des conditions préférentielles, notamment un taux d’intérêt de 2,5% sur une période de 25 ans.

La construction des gares Rabat Ville et Rabat-Agdal a pour objectif d’accompagner l’augmentation prévue de l’activité de transport des voyageurs, particulièrement sur l’axe Tanger-Casablanca, a indiqué le ministre de l’Economie Mohamed Boussaid, qui occupe depuis peu le poste de ministre de l'Equipement par intérim.

En mars dernier, le roi Mohammed VI avait donné le coup d'envoi des travaux de construction de la nouvelle gare ferroviaire de Rabat Agdal, qui sera desservie par le futur train à grande vitesse, mais aussi de la construction de la future gare de Rabat Ville. L'actuelle gare du centre-ville sera, elle, convertie en galerie d'art et espace commercial.

L'ONCF passe la 5e vitesse

Le directeur général du conseil d’administration du FADES, Abdellatif Youssef Al Hamad, a, lui, précisé que "ce prêt constitue une nouvelle partie des aides apportées par le Fonds au royaume concernant le projet du TGV".

Créé en 1971, le FADES a pour mission d’aider les pays arabes à développer leurs économies à travers des prêts, des aides techniques et un appui institutionnel.

Jeudi dernier, le ministère de l’Economie et des finances et l’ONCF avaient signé, dans le même cadre, des conventions relatives à la participation de la Banque islamique de développement (BID) au financement du projet des gares Casablanca Voyageurs, Kenitra et Tanger, spécifiques au TGV, pour un montant d’environ 980 millions de dirhams.

Livraison au premier semestre 2018

Initialement prévu pour fin 2015, le TGV marocain dont l'exploitation fait l'objet d'un partenariat entre la SNCF et l'ONCF sera livré au premier semestre 2018. La raison de ce retard? "Des difficultés dans les procédures d'expropriation du foncier", selon l’ONCF.

Mobilisant une enveloppe estimée à 20 milliards de dirhams, le premier TGV marocain doit dans un premier temps permettre de relier Tanger à Casablanca, distantes de 350 km, en 2h10 contre 4h45 aujourd'hui.

Les essais dynamiques du premier train à grande vitesse avaient démarré en février dernier. Sur les douze rames achetées chez Alstom, cinq ont déjà été livrées à l'établissement public marocain.

LIRE AUSSI:
Close
Le projet de ligne à grande vitesse (LGV)
sur
Partager
Tweeter
PUBLICITÉ
Partager
fermer
Image affichée