Ce journaliste allemand doute qu'Anis Amri soit l'auteur de l'attentat de Berlin

Publication: Mis à jour:
Imprimer

Martin Lejeune, activiste politique et journaliste en Freelance allemand, a publié mercredi sur les réseaux sociaux une vidéo dans laquelle il doute que le Tunisien Anis Amri, suspect principal de l'attentat de Berlin, soit impliqué, l'appelant à s'expliquer publiquement.

"Anis Amri, ceci est un appel pour que tu fasses attention à toi. Je pense que tu n'as aucune relation avec l'attentat et que cela est une conspiration contre toi" affirme le journaliste qui l'appelle à se manifester et à dire sa position: "Affirme ta position (...) tu peux m'envoyer un enregistrement que je publierai sur ma page".

Pour Martin Lejeune, s'il est arrêté, Anis Amri ne sera pas jugé: "Si ils t'attrapent, ils t'assassineront durant ton arrestation ou t'étrangleront dans ta cellule lors de ta première nuit (en arrestation)".

"Pour eux, tu es un bouc émissaire, ils ne te donneront pas l'occasion de parler" l'apostrophe-t-il avant d'appeler les gens qui le connaissent à "l'obliger de se présenter à l'opinion publique".

Apostrophant à nouveau, le suspect de l'attentat de Berlin, il affirme: "L'important est que tu te présentes à l'opinion publique, que tu dises où tu étais lors de l'attentat, et cela est ta plus grande protection".

Remettant en cause la version officielle des autorités allemande, Martin Lejeune s'interroge: "Comment peut-on tomber sur une carte d'identité dans le camion, 3 jours après l'attentat? Cela est impossible que ceux qui l'ont commis laissent leurs papiers sur le lieu de l'attentat".

Le journaliste Martin Lejeune a de nombreuses fois soulevé des polémiques en Allemagne. Converti à l'Islam et ayant couvert la guerre de Gaza de 2014, il y est très critiqué notamment pour son rapprochement supposé avec le Hamas, mettant en doute son indépendance.

Un déjà-vu qui nourrit les théories du complot en Allemagne

Comment ces terroristes, mis en cause ou soupçonnés - Amri n'est pour l'heure qu'un suspect, même s'il est connu pour être proche de la mouvance salafiste-islamiste - dans les enquêtes sur les récents attentats qui ont frappé l'Europe, ont-ils pu abandonner leurs papiers d'identité derrière eux, à la vue directe des policiers? Difficile à expliquer, ce phénomène nourrit les plus invraisemblables théories du complot. Et l'Allemagne n'y échappe pas comme l'explique le Huffington Post France et comme semble le penser Martin Lejeune dans la vidéo ci-dessus.

terrorisme

"- Tu as tout? Kalachnikov? Munitions? Lance-roquettes? - Oui, oui, oui, oui! - Carte d'identité? - AH! Je l'avais oubliée! Merci"

Certains s'interrogent sans donner du crédit aux théories du complot parfois délirantes, sur le fait que des terroristes puissent livrer aussi facilement leur identité aux autorités.

Très vite, d'autres n'hésitent pas à y voir la preuve d'un coup monté, ou d'une complicité entre les terroristes et le gouvernement.

Les pistes de réponse sont multiples, mais aucune n'est aujourd'hui accréditée. Des experts des mouvements jihadistes, sollicités par Le HuffPost France, confient eux-mêmes ne pas être en mesure de dire si les terroristes abandonnent intentionnellement leurs papiers d'identité, ou s'ils font simplement preuve d'imprudence.

Le psychologue et auteur Ahmad Mansour, engagé en Allemagne dans les politiques de déradicalisation, va encore plus loin et estime pour sa part que cette signature constitue une forme de "narcissisme". "Les terroristes sont des narcissiques. C'est voulu, ils n'oublient pas leurs papiers. Non aux théories du complot", écrit-il sur Twitter.

La deuxième partie de l'article est issue du HuffPost France. Vous pouvez trouver l'ensemble de l'article via ce lien.

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Facebook.