Le cri d'alarme de l'Union féministe libre suite à la mort d'El Hasnae, violée à Rabat (VIDÉO)

Publication: Mis à jour:
Imprimer

VIOLENCES - Un nouveau cas de viol ayant conduit à la mort de la victime a été signalé au Maroc. C'est l'Union féministe libre (UFL), une association marocaine qui œuvre pour l'émancipation des femmes, qui a mis en lumière cette sordide affaire.

Dans une vidéo mise en ligne mardi 20 décembre sur sa page Facebook, l'UFL revient sur les circonstances de viol d'El Hasnae, une jeune Marocaine de 18 ans, retrouvée récemment morte dans un puits dans la région de Rabat.

Selon l'association qui était en contact direct avec la jeune fille, cette dernière a quitté son domicile familial après avoir fait l'objet de "multiples harcèlements" et de tentatives de viol de la part de son père adoptif. El Hasnae aurait alors passé plusieurs nuits dans la rue avant de prendre contact avec les membres de l'UFL.

"Nous l'avons rencontrée et lui avons parlé pour connaître son histoire et lui fournir de l'aide", raconte Nidal, une membre de l'UFL dans la vidéo.

Viol collectif

Selon cette dernière, la jeune fille a été placée dans un foyer. Et puis,"un vendredi soir, je reçois un appel d'une autre membre de l'union qui m'a appris qu'El Hasnae venait d'être violée par un groupe d'hommes à Rabat, avec plus de 15 autres filles. J'ai été choquée".

Plusieurs semaines après ce viol, la jeune fille aurait regagné son domicile familial. Elle aurait été retrouvée morte une semaine après dans un puits.

"Elle est partie. S'ils ne l'avaient pas violée, elle ne serait pas morte aujourd'hui", déplore la mère de la jeune fille dans la vidéo. Selon elle, El Hasnae "n'a pas pu supporter ce qui lui était arrivé".

Selon l'UFL qui n'a pas donné plus de détails sur les circonstances de sa mort, la famille d'El Hasnae et quatre autres victimes du même viol ont décidé de poursuivre les coupables en justice. La prochaine audience doit se tenir le 2 janvier prochain.

Projet de loi 103.13

L'association, qui vient de lancer une nouvelle campagne de sensibilisation sur les cas de viol au Maroc sous le slogan "Combien de femmes doivent encore mourir pour changer les lois?", appelle "le peuple marocain et les composantes de la société civile marocaine et internationale" à réagir afin de "soutenir ces jeunes filles".

howmany

Elle demande également au gouvernement de mettre en application le projet de loi 103.13, relatif à la lutte contre les violences faites aux femmes.

Le texte, vivement critiqué par des associations féministes et membres de la société civile dont la coalition Printemps de la dignité et l'Association marocaine pour les droits des femmes (AMDF), a été adopté en mars dernier en conseil de gouvernement, puis en juillet dernier par la Chambre des représentants.

Un premier rapport annuel sur la violence faite aux femmes au Maroc avait été rendu public fin juillet dernier par l'Observatoire national de violence à l'égard des femmes (ONVEF).

Selon le document, 8.6% des cas enregistrés au Maroc concernent des violences sexuelles alors que 6% sont des viols.

LIRE AUSSI: