Huffpost Maroc mg

Le chantier des banques participatives sera finalisé avant fin 2016

Publication: Mis à jour:
ABDELLATIF JOUAHRI
Morocco's central bank Governor Abdellatif Jouahri speaks to the media in Rabat June 19, 2012. Morocco's central bank kept its benchmark lending rate at 3 percent on Tuesday, the level it has held since March when it cut rates to shore up an economy hit by bad weather and the euro zone crisis. REUTERS/Stringer (MOROCCO - Tags: BUSINESS HEADSHOT POLITICS) | Stringer . / Reuters
Imprimer

ÉCONOMIE - Les annonces se succèdent au sujet des banques participatives. Après le ministre de l'Economie et des finances Mohamed Boussaid, qui a indiqué le 8 décembre que "le dossier est actuellement entre les mains de la banque centrale, et leur lancement sera imminent", le Wali de Bank Al Maghrib Abdellatif Jouahri a, de son côté, déclaré que le chantier des banques participatives sera annoncé avant fin 2016.

Durant une conférence de presse tenue mardi 20 décembre, le Wali de la banque centrale marocaine a annoncé que "le comité des établissements de crédit a étudié les dossiers disponibles et demandé des compléments d'informations, relatifs notamment aux produits, contrats et publicité".

"On espère avoir les réponses le plus rapidement possible, afin d’annoncer le chantier avant fin 2016", a dit le directeur de la banque centrale, soulignant que le lancement de ce chantier nécessite la préparation du marché des Sukuks, du Takaful et une mise en place d’une fiscalité équitable.

Le Maroc a préparé l’ensemble des instruments législatifs, réglementaires et fiscaux nécessaires au lancement des banques participatives, dans le cadre d’une vision intégrée qui tient compte du secteur financier à travers tous ces compartiments en l’occurrence le secteur bancaire, le marché des capitaux et le secteur de l’assurance.

Dix demandes d'agrément pour l'activité de banque participative ont été soumises à Bank Al Maghrib.

Pour les banques marocaines, il s'agit du Crédit agricole, AttijariwafaBank, la Banque centrale populaire (BCP), le Crédit immobilier et hôtelier (CIH) et de la BMCE.

Des actifs financiers qui dépassent les 2 trillions de dollars

Le texte régissant les organismes de placement collectif en capital qui régit l’activité des fonds d’investissement a été revu en conséquence en 2015, avait fait savoir, le 8 décembre, le ministre de l'Economie et des finances Mohamed Boussaid, rappelant la mise en place en août 2016 des organismes de placement collectif immobilier.

A ce titre, Mohamed Boussaid avait alors annoncé qu’une réforme des organismes de placement collectif en valeurs mobilières est en cours et va intégrer également cette dimension.

"Pour l’opérationnalisation des premières émissions participatives sur le marché des capitaux et l’accompagnement du développement de la finance participative, ce département se penche depuis quelques mois sur, d’une part, la préparation du cadre réglementaire nécessaire pour l’émission de sukuks sur le marché financier marocain et, d’autre part, la structuration d’une première émission souveraine de sukuks qui servira de benchmark pour l’ensemble de la place", avait souligné ce dernier.

Le total des actifs financiers de la finance participative a dépassé les 2 trillions de dollars en 2015.

Au niveau de la région MENA, et plus particulièrement des pays de l’Afrique du nord, ce marché est considéré comme étant émergent avec une part estimée à seulement 1% du total des actifs participatifs bancaires au niveau mondial.

LIRE AUSSI: