Assassinat de Mohamed Zouari: "Nous faisons de notre mieux pour défendre nos intérêts" affirme le ministre israélien à la Défense

Publication: Mis à jour:
MOHAMED ZOUARI
Twitter
Imprimer

"Si quelqu'un a été tué en Tunisie... il n'est pas susceptible d'être un militant de la paix ou un candidat au prix Nobel", a déclaré, mardi soir, le ministre Israélien de la Défense, Avigdor Liberman, en commentant l’assassinat de Mohamed Zouari, considéré comme l’un des leaders du mouvement de Hamas, rapporte The Times of Israel.

Au début, le ministre israélien a fait savoir qu’il n’est pas au courant de l’affaire, puis s’est rattrapé en déclarant "Nous faisons de notre mieux pour défendre nos intérêts", indique The Jerusalem Post.

Rappelons que le Hamas a annoncé samedi que Mohamed Zouari, l'ingénieur tunisien récemment tué, était l'un de ses dirigeants, accusant Israël de cet assassinat.

De son côté, le ministre de l'Intérieur Hédi Majdoub a jugé "possible" "l'implication d'un service étranger" dans cet assassinat, mais a affirmé manquer de "preuves tangibles" à ce stade.

Selon lui, l'opération a été planifiée dès le mois de juin dernier depuis deux capitales européennes, Vienne et Budapest.

Mohamed Zaouari, qui possède également la nationalité belge, a été tué jeudi en plein jour d'une vingtaine de balles alors qu'il était au volant de sa voiture, devant son domicile.

Marié à une Syrienne, Zaouari a longtemps vécu à l'étranger. Il était revenu en Tunisie après la révolution de 2011. Le Hamas a affirmé qu'il travaillait depuis 10 ans pour ce groupe et qu'il avait tenté de s'introduire en Israël en 2014.

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Facebook.