Le Maroc condamne l'assassinat de l'ambassadeur de Russie à Ankara

Publication: Mis à jour:
ANDREI KARLOV
Flag-wrapped coffin of late Russian Ambassador to Turkey Andrei Karlov is carried to a plane during a ceremony at Esenboga airport in Ankara, Turkey, December 20, 2016. Reuters/Umit Bektas TPX IMAGES OF THE DAY | Umit Bektas / Reuters
Imprimer

DIPLOMATIE - Le Maroc a condamné, mardi 20 décembre, l'attaque armée perpétrée lundi soir contre l'ambassadeur russe en Turquie.

''Le Maroc condamne dans les termes les plus forts l'assassinat de l'ambassadeur de Russie à Ankara, M. Andreï Karlov'', a indiqué le ministère des Affaires étrangères et de la coopération dans un communiqué.

''Face à ce crime abject, le Royaume du Maroc présente ses condoléances au gouvernement et au peuple de la Fédération de Russie ainsi qu'à la famille du défunt. Le Royaume du Maroc exprime, également en ces circonstances difficiles, sa solidarité entière ainsi que tout son soutien à la République de Turquie'', a ajouté la même source.

''Dans ce contexte préoccupant, le Royaume du Maroc réaffirme sa condamnation ferme du terrorisme sous toutes ses formes et manifestations, et réitère son engagement indéfectible dans la lutte contre ce fléau'', souligne le communiqué.

Le roi adresse ses condoléances à Poutine

Le roi Mohammed VI a de son côté adressé un message de condoléances et de compassion au président russe Vladimir Poutine et à la famille du défunt.

Dans ce message, le roi affirme avoir appris "avec grande émotion et vive indignation la nouvelle de l’attaque criminelle abjecte dont a été victime l’ambassadeur de la Russie amie (...) en violation flagrante et inacceptable des valeurs humaines".

Le souverain a également tenu à exprimer "la condamnation vigoureuse de cet acte terroriste ignoble et la dénonciation ferme du terrorisme dans toutes ses formes".

L'ambassadeur de Russie a été tué par balles lors de l'inauguration d'une exposition dans la capitale turque, devant les caméras.

L'auteur de l'assassinat, Mevlüt Mert Altintas, un policier de 22 ans, a agi "pour venger la ville d'Alep", a-t-il déclaré lors de la tuerie, alors que la deuxième ville de Syrie est en train d'être reprise par le régime de Bachar al-Assad, appuyé par Moscou.

LIRE AUSSI: Attentat en Turquie: Vladimir Poutine calme le jeu après l'assassinat de l'ambassadeur russe Andreï Karlov