Huffpost Algeria mg

Les internautes ont peur qu'Andreï Karlov devienne le nouveau François Ferdinand, mais le contexte n'a rien à voir

Publication: Mis à jour:
Imprimer

L'ambassadeur russe en Turquie, Andreï Karlov, a été assassiné lundi 19 décembre à Ankara, la capitale turque. Les circonstances sont encore floues, mais on sait que le diplomate visitait une exposition d'arts.

Mais alors même que les premières informations commençaient à peine à circuler, de nombreux internautes ont très rapidement évoqué l'assassinat de François-Ferdinand d'Autriche, à Sarajevo, au début du XXe siècle.

Sur Twitter, des centaines de personnes évoquent ainsi, parfois de manière cynique et décalée, la mort de l'héritier du trône austro-hongrois, le 28 juin 1914, qui fut l'élément déclencheur de la Première Guerre mondiale.

Une telle comparaison peut sembler pertinente sur le moment : un assassinat d'un haut représentant d'un Etat dans une zone qui symbolise les tensions des grandes puissances mondiales. Au XXe siècle, la poudrière des Balkans, aujourd'hui, la crise syrienne. Pour autant, le contexte géopolitique actuel n'a pas grand chose à voir avec celui de 1914.

Un contexte très différent

En 1914, "ce n'est pas cette action qui entraîne l'escalade du conflit, mais un contexte propice à celui-ci", rappelait dans un blog du HuffPost Jean-Baptiste Kastel, expert sur les Balkans occidentaux. Car si l'on présente l'attentat de l'archiduc comme l'étincelle, elle fut surtout le prétexte permettant à l'empire austro-hongrois d'attaquer la Serbie, accusée d'avoir fourni l'arme du crime, comme le rappelle cette vidéo de FranceTV éducation. C'est ensuite le jeu des alliances qui a précipité le monde dans la Première Guerre mondiale.

Aujourd'hui, la situation est très différente. Certes, les relations entre la Russie et la Turquie ont souvent été compliquées. Mais même l'année dernière, alors que la Turquie avait abattu un avion russe, la situation ne s'est jamais ne serait-ce que rapprochée d'une guerre ouverte. Surtout, alors qu'Ankara et Moscou s'opposent de longue date sur la gestion de la crise syrienne, les relations entre Erdogan et Poutine se sont améliorées depuis le mois août.

"Provocation" destinée à saboter la "normalisation" des relations

Un changement de stratégie de la Turquie qui a eu lieu juste après le putsch raté et la purge qui a suivi, critiquée par les alliés historiques occidentaux d'Ankara. L'évacuation chaotique d'Alep a justement été négociée par les deux pays, la Russie représentant le régime syrien, la Turquie, l'opposition.

Le président turc Recep Tayyip Erdogan a d'ailleurs estimé que l'assassinat de l'ambassadeur était une "provocation" destinée à saboter la "normalisation" des relations entre Ankara et Moscou. Le président russe a aussi qualifié l'assassinat de "provocation" destinée à nuire aux liens qui se réchauffaient entre Moscou et Ankara et aux efforts pour résoudre le conflit en Syrie. "Le crime qui a été commis est sans aucun doute une provocation destinée à perturber la normalisation des relations russo-turques et le processus de paix en Syrie", a-t-il déclaré à la télévision russe.

Il ne faut pas non plus oublier que les Etats-Unis, principaux opposants historiques à la Russie sur le dossier syrien, vont être gouvernés d'ici quelques mois par Donald Trump, qui ne cache pas vouloir réchauffer les relations avec Vladimir Poutine.

Retrouvez les articles de HuffPost Algérie sur notre page Facebook.

Pour suivre les dernières actualités en direct, cliquez ici.