Huffpost Tunisie mg

Tunisie: Les témoignages glaçants d'abus sexuels qui jaillissent à travers cette page Facebook

Publication: Mis à jour:
AGRESSION
GETTY IMAGES/PHOTOALTO
Imprimer

Inceste, viol...des non-dits où le déni prévaut. Le mal est pourtant tangible, sévissant même, comme en atteste les différentes études qui esquissent ce sujet aussi bien de la part d'organismes officiels que de la part des associations.

LIRE AUSSI: Tunisie: Le nombre d'abus sexuels sur les enfants est passé de 260 à 600 en 2015 (Ministère)

Avec l'affaire de la jeune fille de Kef enceinte à 13 ans, la réalité jaillit crûment et certains osent briser le mur du silence, dans un acte de délivrance, dévoilant la volte-face de toute une société qui refuse de les voir, de les reconnaître comme victimes. Une page Facebook "La violence sexuelle: Brisons le silence" a été créée, recueillant les témoignages des victimes anonymement.

facebook

Un anonymat salvateur qui a aidé les victimes à s'exprimer sans peur, ni tabou car, pour beaucoup, leurs proches ignorent ce qu'elles ont subi. Ces personnes sont rongées par la peur, la honte, la culpabilité et pour eux parler demande du courage, a expliqué la blogueuse Bent Trad, initiatrice de cette page, au HuffPost Tunisie.

La blogueuse se dit bouleversée par l'ampleur de cette forme de violence: "Entre des cas d'attouchements, d'harcèlement, d'inceste ou de viol, les histoires sont différentes mais la grande douleur est le trait commun entre tous", explique-t-elle.

Briser le silence, mettre des mots sur ces maux est un acte de libération, en effet, pour beaucoup qui en parlent pour la première fois. "Un pas notable car dans ces histoires, en parler vaut mille fois plus que le silence".

Pulvériser les tabous autour de ces questions, aider à la reconnaissance et la prise en charge des victimes, au-delà des faits divers aussitôt médiatisés, aussitôt jetés aux oubliettes, est le but de Bent Trad: "La page contribue à ce qu'on pose le débat publiquement, qu'on s'attelle aux vrais enjeux sociétaux et non pas les supercheries comme l'affaire Zouari et Mossad et autres sujets éphémères".

LIRE AUSSI: Tunisie: Les agressions sexuelles à l'égard des enfants, entre souffrance et sentiment de culpabilité

Pour atteindre ses objectifs, Bent Trad n'écarte pas la possibilité de constituer une association spécialisée sur ce sujet: "Beaucoup de spécialistes, parmi eux des psychiatres, psychologues, etc, ont exprimé leur intention d'aider ces victimes car au-delà du fait d'en parler qui est salutaire en soi, il faut une prise en charge par des spécialistes", conclu-t-elle.

Close
Récits de victimes de violences sexuelles
sur
Partager
Tweeter
PUBLICITÉ
Partager
fermer
Image affichée

violences sexuelles

LIRE AUSSI: Des rapports sexuels consentis ou des viols? Des témoignages expliquent avec l'éclairage d'une psychiatre

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Facebook.

À lire aussi sur le HuffPost Maghreb

Close
9 photos troublantes qui capturent la violence des agressions sexuelles
sur
Partager
Tweeter
PUBLICITÉ
Partager
fermer
Image affichée

Suggérer une correction