Le pétrole remonte, l'accord de limitation de la production toujours en question

Publication: Mis à jour:
OPEC
Traders work on the floor of the New York Stock Exchange (NYSE) in New York, U.S., on Monday, Nov. 21, 2016. U.S. stocks were set for the highest closing level on record, led by energy companies, as oil jumped on optimism OPEC will agree to cut output. Photographer: Michael Nagle/Bloomberg via Getty Images | Bloomberg via Getty Images
Imprimer

Les prix du pétrole montaient légèrement lundi en cours d'échanges européens après une semaine très volatile, les marchés peinant à se positionner entre une offre trop abondante et les promesses de limitation des productions des pays producteurs.

Vers 11H35 GMT (12H35 à Paris), le baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en février valait 55,41 dollars sur l'Intercontinental Exchange (ICE) de Londres, en hausse de 20 cents par rapport à la clôture de vendredi.

Dans les échanges électroniques sur le New York Mercantile Exchange (Nymex), le baril de light sweet crude (WTI) pour le contrat de janvier gagnait 19 cents à 52,09 dollars.

Malgré une performance plutôt décevante la semaine passée, les prix du brut sont à nouveau en hausse. L'accord des pays producteurs est étonnamment complet, ce qui devrait limiter les risques de baisse, mais reste à savoir dans quelle mesure il sera appliqué, a commenté Joshua Mahony, de IG.

L'Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep) a annoncé fin novembre que ses membres réduiraient leur production quotidienne de 1,2 million de barils, une décision à laquelle plusieurs autres pays producteurs se sont joints après une réunion début décembre.

A première vue, les conséquences d'un retour à la gestion active du marché pour l'Opep sont évidentes. Avec moins de pétrole sur les marchés, les prix remonteront, et le rééquilibrage du marché sera accéléré, a noté David Hufton, de PVM Reports.

Mais l'analyste rappelle que la Libye et le Nigeria ont tous deux été exempté d'un gel de leur production, ce qui devrait limiter l'effet du gel.

Nous nous attendons à ce que la production de l'Opep soit au dessus de son objectif, mais que les signaux envoyés que la production est tout de même limitée soient appréciés des marchés, ont pour leur part jugé les analystes de Morgan Stanley.

Retrouvez les articles de HuffPost Algérie sur notre page Facebook.

Pour suivre les dernières actualités en direct, cliquez ici.