Huffpost Maroc mg

Ayoub El Khazzani, le tireur du Thalys, dit avoir agi sous l'ordre direct d'Abdelhamid Abaaoud

Publication: Mis à jour:
THALYS BRUSSELS
Belgian police officers stand guard on a platform at the Thalys high-speed train terminal at Brussels Midi/Zuid railway station, August 22, 2015. A machine gun-toting attacker wounded three people on a high-speed train in France on Friday before being overpowered by passengers who included an American soldier. REUTERS/Francois Lenoir | Francois Lenoir / Reuters
Imprimer

TERRORISME - Ayoub El Khazzani passe aux aveux. Ce Marocain de 27 ans avait reconnu pour la première fois, mercredi 15 décembre, son implication dans l'attentat raté du Thalys en août 2015. Il avait aussi affirmé qu'il "comptait s'en prendre à des Américains" tout en réfutant avoir voulu "faire un massacre de masse et tuer n'importe qui".

Dans un article du Monde publié ce lundi 19 décembre, on apprend que le jeune homme en a dit plus dans le bureau du juge d'instruction, où il était entendu pour la cinquième fois la semaine dernière. Il a ainsi raconté son parcours en détail et expliqué qu'il avait agi sous les ordres directs d'Abdelhamid Abaaoud, coordinateur des attentats du 13 novembre tué dans l'assaut du Raid à Saint-Denis.

Des déclarations parfois "opportunistes"

Dans son récit, Ayoub El Khazzani a retracé son parcours avec Abdelhamid Abaaoud de la Syrie à l'Europe en passant par la Turquie. Selon une note des renseignements hongrois, les deux hommes se sont rendus en Hongrie le 1er août 2015 avant de prendre la direction de l'Autriche. Durant leur périple, ils ont suivi les indications livrées par Bilal C., chargé de partir en reconnaissance dans les Balkans pour faciliter l'infiltration de jihadistes de retour de Syrie.

Comme le révèle désormais Le Monde - même s'il convient d'être prudent au vu de "l'opportunisme de certaines de ses déclarations" - l'audition d'Ayoub El Khazzani permet d'en apprendre plus sur les relations entre les deux hommes et le rôle joué par Abdelhamid Abaaoud, alias Abou Omar, dans cet attentat.

Dans son audition, le tireur du Thalys explique avoir rejoint en mai 2015 la Syrie où il s'est vu confier la mission de "combattre" des Américains par un "frère". Après une formation au maniement de la kalachnikov, il aurait ensuite voyagé vers la Turquie, où il aurait rencontré un autre "frère", Bilal C. alias Hamza, un Algérien qui sera arrêté en Allemagne en juillet 2016.

Abaaoud "n'avait pas confiance" en lui

Les deux hommes ont été rejoints par Abdelhamid Abaaoud, avec lequel Ayoub El Khazzani a voyagé et qu'il a fini par retrouver dans un appartement de Bruxelles. Le jihadiste affirme notamment qu'Abdelhamid Abaaoud "n'avait pas confiance en [lui]', "ne [lui] racontait rien".

"Un jour, Abou Omar, qui avait des contacts avec la Syrie, nous a dit qu'il avait reçu un ordre du pays du Sham [la Syrie], à savoir qu'Hamza et moi devions nous préparer psychologiquement à faire une opération", raconte Ayoub El Khazzani. Abaaoud lui aurait expliqué "qu'il allait tout préparer" et qu'il n'aurait plus "qu'à agir". Puis il lui aurait précisé qu'il devait attaquer "entre trois et cinq militaires" dans le Thalys.

Une version qui pose question, car "si El Khazzani a réellement eu pour mission de tuer des militaires américains, comment Abaaoud a-t-il su qu'ils seraient présents ce jour-là à bord de la voiture 12 du Thalys 9364?", souligne Le Monde.

LIRE AUSSI: Tireur du Thalys: A 19 ans, à Madrid, Ayoub El Khazzani traficotait et jouait au foot