La vidéo insoutenable d'une agression homophobe dans la région du Rif

Publication: Mis à jour:
AGRESSION HOMOPHOBE MAROC
DR
Imprimer

HOMOPHOBIE - Depuis plusieurs mois, les vidéos d'agressions à caractère homophobe sont devenues monnaie courante sur les réseaux sociaux au Maroc. Samedi 17 décembre, une nouvelle vidéo d'agression d'un homme dans la région du Rif a été publiée par le collectif Aswat, qui milite pour les droits des LGBT au royaume.

Les faits se passent dans le nord du Maroc, indique le collectif, qui explique qu'un homme a été torturé après avoir été soupçonné d'entretenir une relation avec un autre homme.

Dans la vidéo, filmée par les agresseurs, on voit le visage de l'homme (flouté par Aswat) tuméfié et en sang. La voix d'un des agresseurs sermonne la victime et lui reproche ses penchants sexuels en rifain, l'homme agressé en vient finalement à s'excuser et à justifier son orientation sexuelle.

Ce n'est pas la première fois que des actes homophobes sont filmés et circulent sur les réseaux sociaux au Maroc. Depuis l'été 2015, plusieurs actes de violences contre des personnes homosexuelles ont été médiatisées, provoquant l'indignation de la société civile et des internautes.

En juin 2015, un homme soupçonné d'être homosexuel s'est fait agresser sur une grande avenue à Fès. Les images montraient un homme pris à partie par une foule qui l'agressait. Il n'a pu échapper des mains de ses ravisseurs qu'après l'intervention de la police.

Quelques mois plus tard, un jeune homme habillé en femme a été humilié et battu par un groupe d'hommes dans un terrain vague se situant dans un quartier populaire casablancais. Les agresseurs ont déshabillé la victime, l'ont filmée, avant de poster la vidéo sur Facebook.

Une autre vidéo circulant sur les réseaux sociaux, datant de 2015, montrait un Casablancais en train d'agresser physiquement et verbalement des prostitués travestis sur une grande avenue casablancaise.

En mars 2016, l'agression d'un couple homosexuel à son domicile se trouvant à Beni Mellal a ému les internautes et la société civile. Si les agresseurs ont écopé de la prison ferme en appel, les victimes, elles, ont également eu droit à une condamnation à la prison avec sursis, selon l'article 489 qui expose les personnes homosexuelles jusqu'à trois ans de prison ferme au Maroc.

Alors que les lynchages de personnes homosexuelles se sont multipliés, l'intervention de la Justice était primordiale. Invité à l'antenne de la station radio Chada FM, Mustapha Ramid, le ministre de la Justice avait déclaré que "ces personnes (les homosexuels, ndlr) devraient subir une intervention chirurgicale afin de vivre leur vrai sexe", créant ainsi l'amalgame entre les personnes homosexuelles, et celles transsexuelles.

LIRE AUSSI: