National Geographic fait sa Une avec Avery Jackson, une jeune fille transgenre. Et c'est une première

Publication: Mis à jour:
Imprimer

ÉTATS-UNIS - National Geographic va débuter l'année 2017 par une couverture historique. En titrant son numéro de janvier "La révolution du genre", l'emblématique magazine américain met les personnes transgenres en lumière, à travers le visage d'Avery Jackson, une petite fille de neuf ans. Une première.

"Ce qu'il y a de bien avec le fait d'être devenue une fille, c'est que je ne suis plus obligée de faire semblant d'être un garçon", lance la fillette - connue pour son engagement envers la cause transgenre - pour accompagner la photo prise par Robin Hammond.

national

Comme l'explique RTL, la jeune fille fait souvent parler d'elle dans les médias américains. "Pour son engagement, mais aussi pour le soutien indéfectible que lui apporte sa famille", écrit le site. Sa maman a, d'ailleurs tweeté la couverture historique en remerciant National Geographic.

"Je tremble tellement que je peux à peine écrire."

Je me sens si heureuse et fière d'être transgenre. (...) Je ne suis pas un monstre. Je ne fais pas peur. Je veux simplement être traitée comme n'importe quel autre être humain", confie notamment la jeune fille au Paper Magazine.

"J'aime ma fille pour ce qu'elle est, sans conditions, et je promets de l'aider à devenir un membre heureux, productif et en bonne santé de la société. Après tout, n'est-ce pas notre job de parents ?", explique son père dans une tribune au New York Times.

La rédactrice en chef du magazine explique, pour sa part, que c'est l'omniprésence de discussions sur les personnes transgenres qui l'a poussée à faire cette couverture. "Nous voulons porter un regard sur les rôles traditionnels du genre, à travers le monde, mais nous voulons aussi regarder le genre comme un spectre", décrypte Susan Goldberg.

En plus de cette Une historique, le magazine sort également un documentaire intitulé "Gender Revolution: A Journey with Katie Couric" et qui parlera de "tout ce qu'on a envie de savoir sur le genre mais qu'on n'a jamais osé demander".

LIRE AUSSI: