Tunisie-Congrès de l'AFTURD: L'histoire d'une mobilisation féministe

Publication: Mis à jour:
WOMAN TUNISIA
A woman attends a protest to condemn an attack by a gunman at the beach of the Imperial Marhabada hotel in Sousse, Tunisia, June 27, 2015. Tour companies were evacuating thousands of foreign holidaymakers from Tunisia on Saturday, a day after a gunman killed 39 people as they lounged at the beach in an attack claimed by Islamic State. Tunisia's Prime Minister Habib Essid said most of the dead were British, and its health ministry said eight Britons, a German, a Belgian and an Irish citizen were | Zohra Bensemra / Reuters
Imprimer

L’égalité et la lutte contre les violences faites aux femmes restent les principales priorités de l’Association Tunisienne pour la Recherche sur le Développement (AFTURD), a déclaré, samedi sa présidente Saloua Kennou Sebei, à l’occasion du 8ème congrès de l’association qui s’étale sur deux jours (17-18 décembre 2016), à la Cité des Sciences de Tunis.

Elle a, en outre, passé en revue les réalisations de l’association au cours de la période 2013-2016, soulignant que le choix symbolique de la date du déclenchement de la révolution tunisienne (17 décembre) est un hommage voulu aux martyrs de la révolution.

LIRE AUSSI:Tunisie: Qu'est-ce qu'être féministe en Tunisie? Le congrès des Femmes Démocrates tente une réponse

“Durant la période 2013-2016, l’AFTURD a consolidé sa position en tant qu’acteur majeur de la société civile dans la recherche et l’action féministe”, a-t-elle dit, rappelant, à ce propos, la mobilisation de l’AFTURD lors de l’écriture de la nouvelle Constitution pour contrecarrer les pensées rétrogrades et sensibiliser l’opinion publique aux droits des femmes.

Disparité de genre et héritage en Tunisie - par Salwa Kennou (AFTURD) from Genre en Action on Vimeo.

Dans la perspective des élections municipales, l’AFTURD s’est engagée à entamer un travail de vulgarisation de la notion de décentralisation et de pouvoir local afin d’encourager la participation des femmes dans les structures locales, a-t-elle annoncé.

S’agissant des actions de l’AFTURD pour la lutte contre la violence à l’égard des femmes, Sebei a indiqué qu’un nouveau réseau de recherche et de collecte de données sur ce phénomène a été mis en place au sein de l’association, en plus du développement de nouveaux outils de sensibilisation.

Emna Aouadi, membre de l’Union Générale Tunisienne du Travail (UGTT), a pour sa part rendu hommage aux actions militantes des membres de l’AFTURD, et invité l’AFTURD à travailler avec le bureau des recherches et de l’archivage de l’UGTT sur les questions relatives au syndicalisme féminin en Tunisie.

Elle a, dans ce sens, rappelé les actions actuelles des syndicalistes de l’UGTT en vue promouvoir la représentation de la femme dans les postes de décision, en particulier au niveau du bureau exécutif qui sera élu lors du prochain Congrès national de l’UGTT, prévu du 22 au 25 janvier 2017.

L’AFTURD a été fondée en 1989 et a pour objectifs de diffuser la culture de l’égalité et de promouvoir la recherche pour favoriser l’émancipation effective des femmes.

LIRE AUSSI: Tunisie: Quand l'athlète tunisienne Habiba Ghribi mène le combat national de lutte contre les violences faites aux femmes

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Facebook.