Meurtre d'un universitaire à Sfax: Fait divers ou crime commandité?

Publication: Mis à jour:
SFAX
Capture écran
Imprimer

Le jeudi 15 décembre 2016, un homme a été retrouvé tué par balles, dans sa voiture devant son domicile à la région d’El Ain à Sfax, a annoncé le ministère de l’Intérieur dans un communiqué rendu public le jour même.

Des détails qui intriguent

La victime, âgée de 49 ans, est un directeur technique dans une société privée d’ingénierie mécanique. Il est marié à une Syrienne, a précisé le porte-parole des tribunaux de Sfax et substitut du procureur général près de la cour d’appel dans la région, Mourad Turki, à la TAP.

Le cousin de la victime a révélé, dans une vidéo publiée sur les réseaux sociaux, que le défunt, Mohamed Zouari, avait résidé en Syrie depuis quelques temps et il est rentré en Tunisie après la révolution Il a affirmé que la victime qui est aussi professeur universitaire, n’avait de problèmes avec personne. (Vidéo ci-dessous)

D’après le journal électronique Kapitalis, Mohamed Zouari avait fui la Tunisie en 1991, après avoir fait l'objet d’un mandat d’amener pour son activisme au sein d’une organisation estudiantine relevant d’un mouvement islamiste radical.

Crime organisé...

Des étuis de balles ont été trouvés à proximité de la voiture ainsi qu’un véhicule à 1 km de la scène du crime contenant également des étuis de balles et des traces de sang, a indiqué le porte-parole des tribunaux de Sfax à la TAP, en ajoutant qu’une enquête a été ouverte pour déterminer les causes du crime.

Selon le site régional "Journaliste sfaxien", la victime a été tuée par des professionnels avec un silencieux, car les voisins n’ont pas entendu les bruits des tirs. Le crime ne serait pas lié à une affaire terroriste, ajoute la même source. “Avec une telle précision et planification, l’hypothèse de l’implication des services de renseignement étrangers, serait soulevée,” a estimé le site.

Pour le journaliste Borhène Bsais c'est, même, le Mossad qui aurait commandité le meurtre.

Du nouveau dans l’affaire…

Deux pistolets et un silencieux ont été saisis, a annoncé Mourad Turki, dans une déclaration accordée àMosaique Fm. Quatre voitures en relation avec le crime ont été trouvées, a-t-il indiqué. Il a révélé, par ailleurs, que suite à l’autopsie, 8 balles ont été trouvées dans le corps de la victime.  

Selon les premiers éléments de l’enquête, quatre personnes, soupçonnées d’être impliquées dans l’affaire, ont été arrêtées, a ajouté le porte parole des tribunaux de Sfax. Il a indiqué que l’enquête a révélé l’implication d’autres individus dont une personne qui réside à l’étranger.

D’après le site “journaliste sfaxien”, le cerveau du crime serait une femme qui habite en Allemagne. Elle a quitté la Tunisie pour retourner en Allemagne la veille du crime, précise le site, en ajoutant que les enquêteurs la pensent impliquée dans la planification de l’assassinat.

Selon Mosaïque Fm, citant elle-même des sources policières, la victime aurait rencontré la veille cette même personne venue non d'Allemagne mais de Hongrie et qui se serait fait passer pour une journaliste venue l'interviewer à propos de l'une de ses inventions dans le domaine aéronautique et qui a quitté la Tunisie, la veille du meurtre.

Hommage de ses étudiants

Une minute de silence a été observée, ce matin du vendredi, à l’école nationale des ingénieurs de Sfax, en hommage à l’universitaire Mohamed Zouari, a indiqué Zoubeir Bouaziz, secrétaire général du syndicat de base des professeurs de l’enseignement universitaires à l’école nationale des ingénieurs de Sfax, à radio Sfax.

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Facebook.