La Banque islamique de développement débloque 980 millions de dirhams pour les futures gares du TGV marocain

Publication: Mis à jour:
TGV MAROC
La grosse enveloppe de la BID pour les futures gares du TGV marocain | capture youtube
Imprimer

TRANSPORT - La Banque islamique de développement (BID) a mis la main à la poche. Jeudi 15 décembre à Rabat, l'ONCF, le ministère de l'Economie et des finances et la BID ont signé plusieurs conventions concernant le financement du réaménagement des gares de Casablanca-Voyageurs, Kénitra et Tanger. Ces dernières doivent accueillir la première ligne de TGV en 2018.

La contribution de la BID à ce projet s’élève à environ 980 millions de dirhams (101 millions de dollars), soit presque 88,5% de l’enveloppe globale du projet estimée à 114 millions de dollars, rapporte la MAP.

Cette contribution "permettra de financer le réaménagement du domaine urbain autour de ces gares", a précisé le directeur général de l’ONCF, Mohamed Rabie Khlie, dans une déclaration à la presse à l'issue de la cérémonie de signature de ces conventions. Ces gares seront "des centres de vie et disposeront de magasins de commerce", a-t-il précisé.

De son côté, le directeur régional de la BID de Rabat, Sidi Mohamed Taleb, a indiqué que "la signature de ces conventions boucle le programme du TGV dans les gares restantes qui seront opérationnelles d’ici l’été 2018".

A Tanger, le projet porte essentiellement sur le réaménagement et l’élargissement du bâtiment de la gare de voyageurs sur une surface de 10.600 m2. A Kénitra, un nouveau bâtiment sera construit sur 13.000 m2. La gare de Casablanca-Voyageurs connaîtra quant à elle la construction d’un nouveau bâtiment sur une surface d’environ 10.000 m2.

Le projet financé par la BID porte également sur les services de conseils, la gestion et le suivi financier.

LIRE AUSSI: L'ONCF planche (déjà) sur les futurs TGV Casablanca-Marrakech-Agadir et Casablanca-Fès-Oujda