Le ministère des Affaires étrangères nie l'exécution de 100 prisonniers tunisiens par le régime syrien

Publication: Mis à jour:
JHINAOUI
Zoubeir Souissi / Reuters
Imprimer

Le ministère des Affaires étrangères a démenti, mardi, l’exécution par les autorités officielles syriennes de 100 prisonniers tunisiens.

Cette précision intervient sur fond des rumeurs relayées par les médias autour de l’application de la peine de mort contre 100 prisonniers tunisiens condamnés à la peine capitale pour terrorisme.

Selon le service de presse du département des Affaires étrangères, 47 prisonniers tunisiens ont comparu devant la justice syrienne. "Seuls quelques uns ont été condamnés à la peine capitale", a précisé l’attaché de presse au ministère, Fayçal Dhaou.

"Le département ne détient pas des données précises sur le nombre des Tunisiens qui combattent en Syrie ou les prisonniers tunisiens qui n’ont pas encore été jugés", a-t-il ajouté.

Le ministère des Affaires étrangères est en contact permanent avec son consulat à Damas pour s’enquérir du sort des Tunisiens en Syrie, a-t-il indiqué.

Dans sa livraison du 13 décembre 2016, le quotidien en langue arabe "Achourouq" a écrit que les autorités officielles syriennes ont entamé l’application de la peine de mort contre plus de 100 terroristes tunisiens.

"Condamnés à la peine de mort pour crimes contre les civils syriens, ces terroristes ont été arrêtés depuis plus de deux ans", selon des sources concordantes.

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Facebook.