Trois constructeurs automobiles japonais veulent s'implanter en Algérie

Publication: Mis à jour:
CONSTRUCTEURS AUTOMOBILES
Archives
Imprimer

rois constructeurs japonais sont intéressés par l'implantation d'usines de fabrication de véhicules et camions en Algérie, et deux d'entre eux ont déjà entrepris les démarches pour la concrétisation de leurs projets, a indiqué mardi à Alger, l'ambassadeur du Japon en Algérie Masaya Fujiwara.

"Le Japon est beaucoup intéressé par l'investissement en Algérie dans différents domaines d'activités. On y travaille, et il y a de bons signes d'ailleurs, car nous avons déjà des constructeurs automobiles comme Nissan et Suzuki qui ont des projets d’usines de montage de véhicules en Algérie et n'attendent que le feu vert des autorités algériennes pour les concrétiser", a souligné M. Fujiwara.

Il s'exprimait lors d'une conférence de presse conjointe avec le président du Club d'affaires algéro-japonais, Mustapha Mekideche à l'issue de la deuxième réunion de ce club à laquelle une trentaine d'hommes d'affaires et représentants d'institutions économiques algériennes ont pris part en compagnie d'une dizaine de leurs homologues japonais.

Espérant la concrétisation de ces projets "très prochainement", l'ambassadeur a également révélé que le constructeur nippon Toyota est également intéressé par la réalisation d'une usine de montage en Algérie à travers sa filiale Hino Motors, spécialisée dans la construction des camions et des bus.

En plus de contribuer à la création de richesses et d'emplois, ces projets permettraient, selon lui, de saisir ensemble "beaucoup d'opportunités existantes dans différents domaines pour développer nos relations économiques".

Estimant que les relations économiques entre l'Algérie et son pays "ne sont pas à la hauteur" des potentialités existantes, M. Fujiwara a indiqué qu’un nouvel accord entre le ministère algérien des Affaires étrangères et son homologue japonais "est en phase de finalisation", pour la création d'une commission mixte entre les deux pays avec l'objectif de hisser le partenariat économique bilatéral. Selon lui, la commission devrait tenir sa première réunion au courant du premier trimestre 2017.

Pour l'ambassadeur, l'Algérie est le troisième partenaire commercial du Japon en Afrique, alors que le Japon est le 15eme client de l'Algérie dans le monde.

M. Fujiwara, dont le pays prévoit des investissements à hauteur de 30 milliards de dollars en Afrique sur les trois prochaines années, notamment dans les infrastructures et la formation, a souhaité que "ces engagements soient bien appliqués en Algérie", notant que l'environnement est "très favorable" pour lancer une coopération économique forte.

Aller au-delà du partenariat commercial

Il a relevé dans ce sens l'idée de créer le Club d'affaires algéro-japonais, dont la première réunion de création s'est déroulée en juillet dernier.

Dans ce sillage, l'ambassadeur a ajouté que l'agence de coopération internationale du Japon (JICA) prépare plusieurs projets en Algérie, dont un plan stratégique de développement des infrastructures, avec une coopération technique et financière, comme dans le cas du projet d'extension du port de Béjaïa.

Il a également souligné que dans le cadre des réformes économiques adoptées par le Gouvernement algérien, plusieurs entreprises nippones s'intéressent à l'Algérie, notamment à travers le partenariat public-privé, ajoutant qu’il faut "aller au-delà du commerce et arriver à l'investissement et le partenariat".

Pour sa part, M. Mekideche a relevé l’importance de la tenue de cette réunion entre les hommes d'affaires algériens et japonais, permettant d'échanger sur les perspectives et les possibilités de partenariat entre les entreprises des deux pays.

"Nous allons essayer, à travers ce club, de construire un chemin entre les milieux d'affaires algériens et japonais pour le développement des relations économiques, et qui ne soient pas uniquement commerciales, mais qui intègrent des éléments technologiques, d'industrialisation et des investissements notamment dans les énergies renouvelables", a-t-il précisé.

Pour M. Mekideche, l'Algérie veut consolider ses relations économiques avec le Japon avec un soutien financier prévu par les engagements de la sixième Conférence internationale de Tokyo sur le développement de l'Afrique (TICAD-VI), tenue en août dernier, à Nairobi (Kenya), dont l'objectif était d'accompagner les économies africaines dans leur développement.

Parmi les secteurs identifiés pour lancer ce partenariat, l'expert en économie a cité les énergies renouvelables, la mécanique et l'industrie agroalimentaire, mais avec une nouvelle démarche basée sur l’investissement, le développement des PME et l'industrialisation.

Interrogé sur l'avis des entreprises japonaises de la règle 51/49% régissant les investissements étrangers en Algérie,
M. Mekideche a estimé qu'elle ne devrait pas constituer "une contrainte majeure, car ça reste discutable, d'autant qu'il y a un retour d'investissement au profit des entreprises étrangères".

Retrouvez les articles de HuffPost Algérie sur notre page Facebook.

Pour suivre les dernières actualités en direct, cliquez ici.