Le ministère de la Santé ordonne le retrait de "RHB"

Publication: Mis à jour:
RHB RAHMAT RABI
DR
Imprimer

Le ministère de la Santé et de la réforme hospitalière a ordonné mardi 14 décembre le retrait des pharmacies du complément alimentaire "RHB" supposant atténuer les complications liées au diabète, communément appelé "Rahmet Rabi", affirment plusieurs médias.

Slim Belkessam, chargé de presse à la tutelle, a affirmé au quotidien arabophone El Khabar que le ministère, qui a informé son inventeur Toufik Zaibat de cette décision, a ordonné à tous ses services affiliés de la mettre en oeuvre.

Le même responsable a expliqué que cette décision est "une mesure de précaution" qui vient s'ajouter à la mise en garde mercredi dernier du ministère du Commerce, qui a appelé à "retirer immédiatement le produit des pharmacies", en attendant les résultats des analyses.

Slim Belkessam a rajouté au quotidien El Khabar que la décision du ministère de la Santé de retirer "RHB" est motivée par la surmédiatisation "trompeuse" dont a bénéficié ce produit. Des citoyens ignorent que "Rahmet Rabi" est un complément alimentaire et abandonnent le traitement par insuline, explique-t-il.

La même source rajoutait que la tutelle n'a reçu "aucun dossier de la part de Toufik Zaibat" et que "la législation actuelle ne lui permet pas d'intervenir dans la commercialisation".

Le chargé de communication du ministère de la Santé n'a pas manqué de revenir sur la rencontre de Toufik Zaibat avec Abdelmalek Boudiaf, affirmant que le ministre "tentait juste de promouvoir les compétences algériennes".

LIRE AUSSI: Toufik Zaibet "n'a jamais été inscrit à l'Université de Genève", le "chercheur" dément et promet des preuves

A rappeler que le ministre de la santé avait soutenu tout au long des mois passées, que M. Zaibet "n'était pas un charlatan" mais "un chercheur venu d'Europe" précisant que c'était lui même qui l'avait fait venir. M Boudiaf a également attesté que M.Zaibet avait "mené beaucoup de recherche avec les laboratoires de Saïdal" et que "ses recherches ont aboutit après des années à un produit révolutionnaire"; Il avait exhorté la presse qui lui demandait des explications à laisser "le chercheur travailler en toute tranquillité".

Retrouvez les articles de HuffPost Algérie sur notre page Facebook.

Pour suivre les dernières actualités en direct, cliquez ici.