Le Maroc, deuxième sur le marché africain de l'assurance

Publication: Mis à jour:
ASSURANCE
Le Maroc, deuxième sur le marché africain de l'assurance | DR
Imprimer

ASSURANCE - Au Maroc, le marché de l'assurance se porte plutôt bien. Au niveau continental, il est même considéré comme le deuxième plus grand marché, après l'Afrique du Sud, selon le dernier rapport annuel du cabinet suisse Schanz, Alms & Company, "Africa Pulse 2016".

Selon ce dernier, le Maroc, avec des primes annuelles émises de l’ordre de 3,1 milliards de dollars en 2015, a réussi à s’imposer comme l’un des trois plus grands marchés africains de l’assurance à la faveur de sa stabilité politique, la taille et la diversité de son économie, sa classe moyenne florissante et ses régulations solides.

Le Maroc est l’un des trois marchés africains qui réalisent une forte croissance aux côtés du Nigeria et du Kenya, indique le cabinet dans son rapport.

"Un pays stable"

Au moment où plusieurs pays voisins souffrent d’instabilité politique, le Maroc "demeure un pays stable, fiable, bien gouverné et doté d’une économie qui avance", indique le rapport, qui souligne les "efforts déployés" par le pays pour renforcer l’ouverture de son secteur de l’assurance.

Cette ouverture est suivie avec intérêt à l’échelle internationale, poursuit le cabinet. "Le rôle positif que jouera Casablanca Finance City en tant que hub et plateforme financière vers l’Afrique, notamment l’Afrique de l’Ouest", a été évoqué.

L’Afrique du sud, en dépit de sa première place, est perçue comme un marché qui affronte de nombreux défis et problèmes liés notamment au ralentissement de la croissance économique et sa vulnérabilité aux fluctuations des cours des matières premières, observe le cabinet.

Selon le rapport, "la complexité du marché sud-africain représente un obstacle supplémentaire qui entrave l’expansion du secteur de l’assurance".

LIRE AUSSI: