Huffpost Maroc mg

Aswat publie une vidéo pour sensibiliser les LGBT sur leurs droits au Maroc

Publication: Mis à jour:
Imprimer

LGBT - Les rapports sexuels entre deux personnes majeures consentantes du même sexe sont toujours interdites au Maroc, et exposent le couple homosexuel à une peine allant jusqu'à trois ans d'emprisonnement, selon l'article 489 du code pénal. Cela n'empêche pas que les citoyens mis en cause pour de tels faits jouissent toujours de certains droits pendant l'enquête judiciaire.

Et ce sont ces droits, qui peuvent faire toute la différence lors du jugement, que détaille le collectif Aswat dans une vidéo publiée à l'occasion de la Journée internationale des droits de l'Homme.

"Les autorités n'ont pas le droit d'accéder au logement des mis en cause entre 21 heures et six heures du matin", rappelle Aswat dans cette vidéo animée. Les mis en cause peuvent également refuser que l'on fouille leur domicile lors de ces horaires.

Lors de la garde à vue, Aswat rappelle qu'il est essentiel de faire respecter sa vie privée. "On a le droit de refuser que les autorités consultent votre téléphone et votre messagerie", souligne le collectif.

Aussi, au moment de la signature du procès verbal, Aswat invite les personnes accusées d'homosexualité à "lire attentivement le document et refuser de le signer si les informations y figurant ne correspondent pas au témoignage".

Les mis en cause ont également le droit de demander de consulter un médecin en cas de torture ou de mauvais traitements, fait savoir Aswat, qui insiste sur le fait qu'il faut "connaître ses droits et les revendiquer lors des étapes de l'enquête sans peur ni intimidation".

LIRE AUSSI: