Huffpost Algeria mg

Crânes de résistants algériens: le président du Musée français évoque la complexité du processus de restitution

Publication: Mis à jour:
MUSEUM PARIS SKULLS
TO GO WITH AFP STORY BY PASCALE MOLLARD A scientist of the Museum of Man (Musee de l'Homme) puts a box containing one of 18000 skulls back into a shelf at the vaults of the museum on August 27, 2015 in Paris. The museum will reopen its doors on October 17, 2015 after 6 years of construction works. AFP PHOTO / PATRICK KOVARIK (Photo credit should read PATRICK KOVARIK/AFP/Getty Images) | PATRICK KOVARIK via Getty Images
Imprimer

La restitution des cranes des résistants algériens exposés au Musée national d'histoire naturelle en France ne se fera pas aussi rapidement qu'on voulu le faire croire.

Selon le président du Muséum national d’histoire naturelle, Bruno David, le processus de restitution des crânes en question est très complexe.

Devant les députés de l'Assemblée nationale française, M.Bruno David a expliqué qu"en tant que dépositaires des collections, nous devons évidemment en prendre soin, mais nous n’avons pas le droit de les céder. Cela peut d’ailleurs poser des problèmes éthiques: nous conservons des crânes de résistants algériens du XIXe siècle que l’Algérie réclame, mais, dans la mesure où ils ne nous appartiennent pas, je ne peux pas les restituer sans suivre un processus assez compliqué".

LIRE AUSSI: La restitution des crânes de résistants algériens "prise en charge par l'Etat"

Il a précisé que le processus obéit à des règles, du point de vue éthique, "afin de protéger la propriété intellectuelle et le patrimoine de chaque pays, mais elles compliquent sensiblement la vie du Muséum", indiquant qu’il faut "garantir la traçabilité des matériels et être prêt à les restituer en fonction des situations". Il a affirmé que "c’est loin d’être simple" pour les crânes humains.

Les restes, des crânes secs pour la plupart, appartiennent à Mohamed Lamjad Ben Abdelmalek, dit Cherif "Boubaghla", au Cheikh Bouziane, le chef de la révolte des Zaâtchas (région de Biskra en 1849), à Moussa El-Derkaoui et à Si Mokhtar Ben Kouider Al-Titraoui. La tête momifiée d’Aïssa El-Hamadi, qui fut le lieutenant du Cherif Boubaghla, fait partie de cette découverte, de même que le moulage intégral de la tête de Mohamed Ben-Allel Ben Embarek, lieutenant de l’Emir Abdelkader.

Dans une interview accordée à l’APS, le 31 octobre dernier, le ministre des Moudjahidine, Tayeb Zitouni avait indiqué que les démarches "vont bon train" pour récupérer ces ossements et les enterrer en Algérie, soulignant que "la dignité humaine est sacrée et doit être respectée même pour les morts et que rien ne justifie, ni moralement ni idéologiquement, que ces ossements soient laissés dans la situation déplorable actuelle".

Pour sa part, le directeur des collections au Muséum national d’histoire naturelle (MNHN) de Paris, Michel Guiraud, avait dit que son institution était "prête" à examiner "favorablement" la demande de restitution des 36 crânes de chouhada, résistants algériens morts au champ d’honneur au début de la colonisation française, conservés depuis plus d’un siècle.

LIRE AUSSI: Selon Paris, l'affaire des crânes de résistants algériens se traite "dans la confiance"

"Nous sommes prêts à examiner favorablement la demande de restitution des crânes des Algériens, conservés dans notre musée", avait-il affirmé dans un entretien à l’APS, indiquant qu’il y a cependant "un chemin à prendre" sur le plan procédural pour que la demande soit prise en considération.

"Pour leur restitution, il y a un chemin à prendre. Nous reconnaissons le droit de la famille et celui des descendants relayés par leur Etat", a-t-il dit, soulignant que les demandes "doivent passer par le canal diplomatique et non pas par une association qui n’a pas un droit particulier par rapport aux restes humains".

Une pétition a été lancée en ligne, rappelle-t-on, par un universitaire algérien Brahim Senouci pour rapatrier en Algérie ces restes afin d’"y recevoir une digne sépulture".

Les 36 crânes, des dons provenant de médecins militaires à l’époque de la colonisation, sont effectivement conservés dans des boîtes de carton entreposés dans une armoire métallique au musée.

C’était dans une déclaration à l’APS, en 2011, que le chercheur en histoire, l’Algérien Ali Farid Belkadi, avait révélé, rappelle-t-on, que les restes mortuaires d’Algériens, ayant résisté à la colonisation française au XIXe siècle, avaient été retrouvés au MNHN de Paris.

LIRE AUSSI:

Retrouvez les articles de HuffPost Algérie sur notre page Facebook.

Pour suivre les dernières actualités en direct, cliquez ici.