Le pétrole en hausse, l'AIE convaincue par l'accord de l'Opep

Publication: Mis à jour:
PTROLE
Archives
Imprimer

Les prix du pétrole poursuivaient leur hausse mardi en cours d'échanges européens alors que l'application de l'accord sur la production des pays exportateurs de pétrole devrait commencer en janvier.

Vers 11H25 GMT (12H25 à Paris), le baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en février valait 56,06 dollars sur l'Intercontinental Exchange (ICE) de Londres, en hausse de 37 cents par rapport à la clôture de lundi.

Dans les échanges électroniques sur le New York Mercantile Exchange (Nymex), le baril de light sweet crude (WTI) pour le contrat de janvier gagnait 30 cents à 53,13 dollars.

Après s'être envolé dans la nuit de dimanche à lundi, les cours de l'or noir ont fini la première séance de la semaine sur une hausse forte mais plus modérée qu'ils confirmaient mardi.

La hausse observée dimanche soir était spectaculaire, mais de nombreux investisseurs spéculatifs s'étaient positionnés avant la réunion des pays producteurs à Vienne de ce week-end, et ils ont engrangé les profits hier, a estimé Olivier Jakob, de Petromatrix.

Les membres de l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep), qui ont conclu fin novembre un accord pour limiter leur production et permettre au marché de se rééquilibrer, ont convaincu ce week-end d'autres pays producteurs de se joindre à leur effort.

Un premier signal concret que les baisses de production de l'Opep allaient se faire sentir sur le marché physique est venu de la Compagnie nationale d'Abu Dhabi (l'ADNOC, principale entreprise d'Etat du secteur des Emirats Arabes Unis), qui a annoncé qu'elle réduirait le volume de pétrole disponible à l'exportation en janvier de 5%, ont commenté les experts de JBC Energy.

Par conséquent, l'Agence Internationale de l'Energie, qui a publié son rapport mensuel sur le marché du pétrole, estime désormais que le marché pétrolier pourrait retrouver la voie du rééquilibrage dès le début 2017 si les principaux pays producteurs respectent leur engagement de réduction de production.

Selon l'agence, la production de l'ensemble des pays non-Opep, dont les Etats-Unis, devrait croître de 0,2 millions de barils par jour (mbj) seulement en 2017, contre une anticipation précédente de 0,5 mbj, après une baisse qui devrait atteindre près de 0,9 mbj à 56,8 mbj cette année.

Retrouvez les articles de HuffPost Algérie sur notre page Facebook.

Pour suivre les dernières actualités en direct, cliquez ici.