Echourouk avait découvert un autre inventeur d'un médicament pour le diabète, le célèbre Rabah Bencharif

Publication: Mis à jour:
Imprimer

Vous connaissez l'affaire Zaibet ? Vous avez peut-être raté un autre prodigieux inventeur de médicament pour le diabète déniché, lui aussi, par la chaîne Echorouk TV.

Cet homme censé soulager les diabétiques n'est pas un inconnu: il s'agit du fameux Rabah Bencharif, connu au début des années 90 pour avoir lancé un parti politique PNSD (Parti national de la solidarité et du développement) et proposé surtout la création d'une mer intérieure au Sahara.

Ingénieur agricole de formation, il s'est même présenté aux élections présidentielles de 2014 avant d’abandonner définitivement la vie politique … pour "se consacrer à la recherche scientifique", faisait savoir la chaîne d’Echorouk TV (Vidéo en tête de cet article).

La chaîne de télévision annonçait ainsi en avril 2016 être parti à Constantine à la rencontre de Rabah Bencharif, «qui marchait sur les pas du docteur algérien Toufik Zaibat » et « menait des recherches pour aboutir à des remèdes de plusieurs maladies », dont le diabète.

Dans ses déclarations, l’ancien chef de parti politique expliquait ainsi comment ses procédés, dont des traitements de l’eucalyptus et des feuilles de l’olivier, peuvent être efficaces « contre le diabète » et plusieurs autres « maladies incurables ».

Quelques semaines auparavant, la même chaîne se pavoisait d'avoir "poussé le ministre de la santé à adopter RHB comme remède contre le diabète", "inventé" par Toufik Zaibat, "docteur" et "chercheur".

Toufik Zaibet avait à maintes reprises déclaré au même média être diplômé "en médecine généraliste et urgences" à la faculté de médecine de Genève, en Suisse.

Ses déclarations avaient déjà suscité des doutes auprès des médecins et spécialistes, notamment sur les réseaux sociaux, où ils démentaient les déclarations du "chercheur" après avoir pris attache avec ladite faculté.

Leur scepticisme semble avoir été confirmé par la chargée de communication de la faculté de médecine, qui a confirmé ce mardi 13 décembre que "ce monsieur n'a jamais été inscrit à l'université de Genève", pas même pour des cours.

Ce que Toufik Zaibet a démenti, promettant d'aller en Suisse pour récupérer les "preuves" de ses propres dires.

Retrouvez les articles de HuffPost Algérie sur notre page Facebook.

Pour suivre les dernières actualités en direct, cliquez ici.