Huffpost Algeria mg

Le pétrole décolle, de nouveaux producteurs se joignent à l'accord de l'Opep

Publication: Mis à jour:
OIL PRICE
Kobe Bryant, former National Basketball Association (NBA) player, center, tours the floor of the New York Stock Exchange (NYSE) after unveiling his venture-capital fund Bryant Stibel in New York, U.S., on Monday, Aug. 22, 2016. U.S. stocks fluctuated after erasing an early slide, as a rally in drugmakers spurred by deal activity offset declines in commodity shares led by falling crude-oil prices. Photographer: Michael Nagle/Bloomberg via Getty Images | Bloomberg via Getty Images
Imprimer

Les prix du pétrole atteignaient de nouveaux plus hauts de l'année lundi en cours d'échanges européens, alors que des pays producteurs ont accepté de se joindre à l'effort de l'Opep pour réduire la production mondiale.

Vers 11H10 GMT (12H10 à Paris), le baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en février valait 56,54 dollars sur l'Intercontinental Exchange (ICE) de Londres, en hausse de 2,21 dollars par rapport à la clôture de vendredi.

Dans les échanges électroniques sur le New York Mercantile Exchange (Nymex), le baril de light sweet crude (WTI) pour le contrat de janvier gagnait 2,25 dollars à 53,75 dollars.

Durant les échanges asiatiques, vers 23H20 GMT dimanche, les cours de l'or noir ont décollé à leur plus haut en 18 mois, le baril de Brent atteignant 57,89 dollars et celui de WTI 54,51 dollars.

Alors que l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep) avait annoncé que ses membres réduiraient leur production de 1,2 million de barils par jour, le cartel est parvenu samedi à convaincre certains autres producteurs de se joindre à cet effort de réduction des extractions, à hauteur de 558.000 barils par jour.

Il semble que les producteurs membres et non-membres de l'Opep sont prêts à travailler ensemble pour empêcher les prix du pétrole de tomber sous un certain niveau, a noté Naeem Aslam, analyste chez Think Markets.

Les producteurs acceptent de contribuer à l'accord pour permettre aux marchés de se rééquilibrer, alors que la surabondance de l'offre pèse sur les cours.

La Russie sera le plus important de ces contributeurs. Elle avait déjà annoncé, il y a une semaine, qu'elle abaisserait sa production quotidienne de 300.000 barils. Les autres pays devant participer à l'effort seront le Mexique, le Kazakhstan, la Malaisie, Oman, l'Azerbaïdjan, Bahreïn, la Guinée équatoriale, le Soudan du Sud, le Soudan et Bruneï.

Par ailleurs, alors que les marchés craignent que certains pays ne respectent pas l'accord, le premier exportateur mondial, l'Arabie Saoudite, s'est montré déterminé.

Immédiatement après la réunion de l'Opep et des pays non-membres, le ministre de l'énergie, Khalid al Falih, a déclaré que dès le 1er janvier, son pays produirait à un niveau en dessous des promesses faites le 30 novembre, soulignait Bjarne Shieldrop, analyste chez SEB.

Retrouvez les articles de HuffPost Algérie sur notre page Facebook.

Pour suivre les dernières actualités en direct, cliquez ici.