Festival de Marrakech: Le film "The donor" du réalisateur chinois Zang Qiwu remporte l'Etoile d'or

Publication: Mis à jour:
ZANG QIWU ETOILE OR
Festival de Marrakech: Le film "The donor" remporte l'Etoile d'or | MAP
Imprimer

CINÉMA - L’Etoile d’or de la 16e édition du Festival international du film de Marrakech a été attribuée au film "The donor" du réalisateur chinois Zang Qiwu, a annoncé samedi soir le jury lors de la cérémonie de clôture qui s'est déroulée dans le palais des congrès de la cité ocre.

Dans ce film, Zang Qiwu traite de la question du don d’organes en portant un regard sur l'acte d’amour démesuré à en perdre la raison et sur l’exploitation des pauvres. Le long-métrage décrit le côté sombre de la Chine moderne en racontant une histoire où la volonté naïve de protéger une famille vire à la tragédie.

Un Prix d'interprétation masculine pour deux

S’agissant du Prix d’interprétation masculine, il a été décerné ex-aequo aux acteurs Baldur Einarsson et Blaer Hinriksson pour leurs rôles dans le film "Heartstone" du réalisateur islandais Gudmundur Arnar Gudmundsson. Ils interprètent respectivement les rôles de Thor et Christian dans ce premier long métrage du réalisateur qui met en lumière la tumultueuse transition vers l'âge adulte de deux adolescents en quête d'eux-mêmes.

De son côté, l’actrice Fereshteh Hosseini a décroché le Prix d’interprétation féminine pour sa performance dans "Parting" (Raftan) du réalisateur afghan Navid Mahmoudi. La comédienne Hosseini incarne le rôle de Fereshteh dans ce long métrage qui met le doigt sur le vécu infernal des migrants en quête d’une vie meilleure, sur la rive nord de la Méditerranée.

Quant au Prix de la mise en scène, il est revenu au réalisateur chinois Wang Xuebo pour son film "Knife in the clear water" qui aborde la question de la foi spirituelle souvent confrontée au dilemme de la vie et de la mort.

Le Prix du Jury de cette édition a été attribué au film "Mister Universo" coréalisé par l’Italienne Tizza Covi et l’Autrichien Rainer Frimmel. Ce long métrage illustre une quête perpétuelle du bonheur à travers l’histoire d’un jeune dompteur dans une troupe de cirque.

Les premières oeuvres à l'honneur

Quatre sur les cinq films primés lors de cette édition sont des premières œuvres, a indiqué le président du jury, le scénariste et producteur hongrois, Béla Tarr, se félicitant de la qualité des films programmés dans le cadre de la compétition officielle.

"Même si le choix du jury pourrait ne pas plaire à tout le monde, cette édition aura le mérite de nous avoir permis de regarder des films", a-t-il dit.

Outre les quatorze longs métrages en lice dans le cadre de la compétition officielle, dix films ont été projetés en hors-compétition et six autres dans la section Coups de cœur. Comme à l’accoutumée, le festival a prévu une séries d’hommages à des figures emblématique du 7e art et des master-classes, outre les projections sur la place Jemaa El Fna et audiodescription pour les non-voyants.

LIRE AUSSI: Isabelle Adjani très émue pendant son hommage au Festival du film de Marrakech