Huffpost Algeria mg

La réunion Opep-non Opep prémices d'une consolidation de l'accord de baisse de la production

Publication: Mis à jour:
OIL VIENA
An OPEC logo sits on the wall as security and media stand outside of the OPEC Secretariat ahead of the 171st Organization of Petroleum Exporting Countries (OPEC) meeting in Vienna, Austria, on Tuesday, Nov. 29, 2016. An OPEC deal to curtail oil production appeared in jeopardy as Iran said it wont make cuts while Saudi Arabia insisted Tehran must be willing to play a meaningful role in any agreement. Photographer: Akos Stiller/Bloomberg via Getty Images | Bloomberg via Getty Images
Imprimer

L'Opep va tenter ce 10 décembre, lors d'une réunion à Vienne, de convaincre d'autres pays producteurs de pétrole à rallier le pacte de réduction de production récemment conclu entre les membres du cartel pour faire remonter les prix.

La Russie, premier producteur de pétrole hors Opep s'est déjà engagée à participer à cet effort de baisse de l'offre. Représentée par le ministre de l'Energie Alexandre Novak, à cette réunion, elle retient toute l'attention des analystes qui s'interrogent sur la volonté de Moscou de tenir ses engagements.

Le ministre russe de l'Energie Alexander Novak a indiqué juste avant le début de la réunion que les pays non-Opep allaient signer à l'issue de leur réunion avec l'Opep un accord sur la limitation de la production, soulignant que cette réunion sera couronnée de succès.

S'exprimant devant la presse juste avant l'ouverture de la rencontre de l'Opep avec douze pays producteurs hors-Opep, le ministre russe a relevé l'engagement de son pays à réduire la production de 300.000 barils/jour dans le sillage de la démarche de l'Opep de baisser le surplus d'offre sur le marché afin d'équilibrer le marché. "Il n'y a pas de risque que cette réunion ne réussisse pas. Nous sommes déjà parvenus à un accord sur le principe de réduire 600.000 barils/jour par les non-Opep. La Russie va réduire 300.000 barils/jour, donc la moitié de l'effort de réduction. Maintenant, suite aux discussions, on verra si on pourra aller au-delà des 600.000 baril prévus" par les non Opep, a-t-il soutenu.

Le ministre algérien de l'Energie, Noureddine Boutarfa a exprimé vendredi soir à Vienne son optimisme de voir la réunion samedi des pays de l'Opep et non-Opep consolider l'accord d'Alger de baisse de la production, relevant la nécessité d'une coopération Opep-non Opep pour stabiliser le marché.

"Il est nécessaire pour les pays Opep et non-Opep de coopérer et de joindre leurs efforts pour stabiliser le marché pétrolier dans l'intérêt des producteurs et des consommateurs", a-t-il souligné dans une déclaration à l'issue de ses entretiens avec ses homologues de pays membres et non membres de l'Opep.

Le ministre de l'Energie qui a eu une séance de travail avec le Sg de l'Opep, Muhammed Barkindo pour préparer la réunion de ce samedi, s'est également entretenu avec ses homologues du Sultanat d'Oman et du Venezuela respectivement Mohamed Hamad Rumhy et Eulogio d'El Pino.

A cette occasion, M. Boutarfa a tenu à mettre en avant les efforts conjoints des pays Opep et non-Opep et qui tendent à ajuster leur production en vue de mieux stabiliser le marché.

L'objectif de cette réunion est d'élargir le consensus autour de la démarche de l'Opep pour soutenir le marché pétrolier, affaibli par le surplus d'offre.

Après avoir inondé le marché d'or noir et provoqué une dégringolade spectaculaire des prix depuis 2014, les membres de l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep) sont parvenus le 30 novembre à s'entendre pour la première fois depuis huit ans sur une baisse de leur production de 1,2 million de barils par jour.

L'Opep demande aux producteurs non membres de l'organisation de limiter également leur production de 600.000 barils par jour au total, un effort auquel la Russie a déjà consenti à hauteur de 300.000 barils.

Enthousiastes dans un premier temps, les marchés cherchent désormais à évaluer les chances d'application de l'accord. Après avoir oscillé au fil de la semaine, les cours ont terminé vendredi à 54,16 dollars à Londres, en très léger retrait par rapport à la clôture de vendredi dernier.

La conférence de l'Opep de novembre dernier avait décidé de créer un Comité de suivi de haut niveau composé des ministres de l'Energie de l'Algérie, du Koweït et du Venezuela pour suivre la mise en œuvre de cet accord.

Retrouvez les articles de HuffPost Algérie sur notre page Facebook.

Pour suivre les dernières actualités en direct, cliquez ici.